Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Les Dix Commandements, quand la Bible est adaptée au cinéma

Publié par Eska sur 7 Février 2017, 11:59am

Catégories : #Cinéma, #100ClassiquesTaschen

Les 10 Commandements

(The Ten Commandments)

Cecil B. DeMille

1923

#100ClassiquesTaschen #003

Si je vous dis Les 10 Commandements de Cecil B. DeMille, vous me répondez : Charlton Heston et Yul Brynner ! Effectivement, sauf que cette version date de 1956 et que nous en sommes pas encore là ! En effet, DeMille avait déjà réalisé une première version des 10 Commandements en 1923 ! Et déjà à cette époque-là, il savait y faire en matière de grand spectacle !

Le film se divise en 2 parties : d'un côté, l'histoire de Moise conduisant le peuple hébreu de l'autre côté de la Mer Rouge, de l'autre, 2 frères que tout oppose dans les saintes écritures. D'après le Taschen, l'idée de tourner Les Dix Commandements est né d'un concours visant à proposer des scénarios de film. L'histoire biblique revenant plusieurs fois sur la table, elle fut naturellement adaptée.

Bon, pour être franc, j'ai trouvé la première partie fantastique en terme de mise en scène, de décors et d'effets spéciaux et la 2e partie complètement.... inutile ? En fait, les 2 histoires se répondent, d'un côté, les égyptiens punis de ne pas suivre la loi de Dieu, de l'autre, l'un des deux frères puni pour se moquer royalement de la Bible. A l'image de Ramsès II, il finira lui aussi noyé dans les eaux. Aussi, je ne traiterais guère de cette 2e partie qui m'a plus endormi qu'autre chose (en plus, la seule version que j'ai pu avoir sous la main était sur Internet Archives, totalement muette. AUCUNE musique d'accompagnement pendant 1h15, et croyez bien qu'après la fresque de la 1ère partie qui ne dure que 50 min, c'est dur... (oui le film dure 2h15 au total, noir et blanc et muet. Il semblait qu'il y ait eu quelques plans tournés en couleurs à l'époque mais ce n'est pas le cas de la version que j'ai pu voir.)

Alors clairement, si on remet dans le contexte de l'époque, Cécil B. DeMille était certainement l'équivalent de notre Peter Jackson actuel ! Parfaitement, avec ce film, le bougre nous sort une fresque épique aux décors grandioses (qui seraient encore enterrés sous le sable de Guadalupe) et avec une mise en scène et des effets spéciaux qui sont de véritables prouesses pour l'époque, qui transmettent toujours parfaitement l'illusion à l'écran et autant vous dire sur grand écran, ça devait envoyer du lourd ! La scène qui m'a le plus bluffé était une poursuite de cavaliers en chars, imaginez des centaines de chars qui s'élancent à toute allure sur les dunes de sable le tout filmé en travelling latéral ! (Pas de copies numériques comme pour les armées du Mordor ici !)

Evidemment, la scène des eaux est belle à voir. On reconnaît aisément un décor filmé en gros plan et diffusé à l'envers pour donner l'impression que les eaux s'écartent. Puis les acteurs ont été filmés de loin sur un chemin épousant parfaitement le sillon ouvert au milieu des eaux par une belle surimpression. Evidemment, lors du passage des égyptiens, on remet la vidéo à l'endroit et l'eau recouvre tout sur son passage !
Le procédé sera réutilisé lors de l'apparition des commandements dans le ciel sur fond d'explosion diffusée à l'endroit et à l'envers.

Je m'extasie peut-être de peu, mais quand on aime le cinéma, je pense que l'on se doit d'aimer toute la créativité qui a été apportée pour réaliser ce genre de fresque épique. 50 min qu'on ne voit absolument pas passer !

Donc est-ce que ça vaut le coup aujourd'hui ? Oui, pour se dire que le cinéma des années 20 pouvait être spectaculaire ! Mais pour cela, ne vous contentez que de la première partie, car la deuxième est vite oubliable, elle n'est là que pour rappeler que les 10 commandements sont toujours là et que Dieu continue de punir ceux qui lui manquent de respect. Mouais, sans commentaires.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents