Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Nerve

Publié par Eska sur 9 Juillet 2017, 21:45pm

Catégories : #Cinéma, #Internet

Nerve

Ariel Schulman & Henry Joost

2016

Ce soir je me suis laissé tenté par un film SF qui m'a plutôt bien agité : Nerve. J'en avais entendu parler au moment de sa sortie et voilà qu'il arrive entre mes mains en DVD. Ni une ni deux, c'est parti pour un visionnage de ce film pas si fantaisiste que ça.

Nerve est un jeu en ligne qui propose à ses participants d'être voyeur ou joueur. Ceux qui s'inscrivent en tant que joueurs doivent réussir les défis imposés par les voyeurs pour gagner une somme d'argent. Vee, jeune lycéenne réservée, se lance en tant que joueuse sur un coup de tête pour prouver à sa meilleure amie qu'elle est aussi capable de faire des choses insensée. Dès son premier défi, elle rencontre Ian, lui aussi joueur. Les voyeurs décident alors de les associer dans des défis de plus en plus risqués. Mais alors que les choses empirent, ils doivent risquer le tout pour arriver au bout du jeu.

Nerve, c'est un peu le Cap ou Pas cap version ado moderne, comprendre connecté. Le scénario, issu du roman Addict de Jeanne Ryan, semble s'inspirer de bien des défis Internet que l'on trouve par vague, notamment sur les réseaux sociaux. Ice Bucket Challenge, Hot Pepper Challenge, Ice and Salt Challenge et consorts, il y en a pour tous, parfois bon enfants mais souvent dangereux, Nerve ne serait qu'une version plus appuyée d'un nouveau jeu reprenant des défis du genre. Il aurait pu rester un film de SF si le Blue Whale Challenge n'était pas apparu. Un jeu où les adolescents doivent composer une cinquantaine de défis jusqu'au suicide.

Malheureusement, le film ne va pas jusque là. Si certains défis sont pourtant suicidaires, les auteurs ont préféré jouer la carte de la fin bafouée, comme s'ils refusaient d'assumer un film satyrique pourtant bien parti. On est finalement assez loin du The Game de David Fincher avec son ambiance morbide qui emprisonne le personnage de Michael Douglas dans son propre monde, mais avec un vrai fond derrière.

Côté réalisation, saluons les efforts efficaces qui sont mis en avant, comme les sursauts de connexions des vidéos diffusées en direct, comme si l'on regardait le film sur Internet ou bien une mauvaise copie. Heureusement, il ne s'agit que de quelques plans qui rajoutent davantage de suspense à la scène filmée. Pour le reste, les effets de lumière dans ce New York nocturne fonctionnent plutôt bien.

A défaut d'être le film qui s'adresse sérieusement à une génération, Nerve montre sans ampleur les risques auxquels ces ados hyper connectées sont confrontés. Mais on aurait préféré un film coup de point à un divertissement plutôt bien mené. A voir sans se prendre la tête donc.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents