Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Abyss, le génie des profondeurs...

Publié par Eska sur 5 Novembre 2010, 18:04pm

Catégories : #Cinéma

abyss.jpg

 

Abyss

 

James Cameron

 

1989

 

 

Après qu'un sous-marin américain se soit échoué dans les profondeurs, l'armée décide d'envoyer la station Deepcore et son équipage, spécialisé dans le forage sous-marin et proche du lieu du naufrage, pour retrouver l'épave et comprendre pourquoi elle s'est échouée. Mais une fois sur place, la question d'un complot russe oblige les soldats à récupérer un missile nucléaire, tandis que de mystérieuses créatures font leur apparition. Après la trahison de ces soldats, Bud, chef de l'équipage, décide de plonger pour désamorcer la bombe envoyée pour détruire les créatures.

 

J'avais le souvenir que tout se passait sous l'eau, jusque là c'est mal. Mais ce dont je ne me souvenais plus, c'est que j'assistais en réalité à un véritable film de SF comme ceux se déroulant dans l'espace. En effet, le visionnaire, et culotté, James Cameron, reprend ses vaisseaux spatiaux, ses combinaisons et son ambiance de Aliens (1986) pour la retranscrire sous l'eau. Les combinaisons ressemblent à celle des astronautes, les couloirs de la plateforme à ceux des vaisseaux spatiaux, de même que les engins sous-marins qui semblent parfois voler, et que dire de cette course-poursuite entre submersibles? Ou encore de ces mêmes engins guidés par la main de l'homme pour effectuer les tâches qu'il ne peut accomplir, engins dôtés d'un bras mécanique à l'identique que ce robot qu'utilise Sigourney Weaver pour affronter la reine alien? Ou encore la présence de ces créatures extraterrestes que l'on trouve habituellement sur des planètes lointaines?
http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/36/08/77/19178909.jpg
Cameron retranscrit tout son univers à travers ce huis-clos époustouflant. Le premier Alien (Ridley Scott, 1979) affichait "dans l'espace, personne ne vous entend crier". On pourrait presque dire que Cameron s'est inspiré de cela pour Abyss, plongeant ses personnages dans un univers froid et déshumanisé. Il ne faut certes pas être claustrophobe, que ce soit entre les couloirs étroits du sous-marin échoué, lequel renferme des morts à dizaine, ou encore ces étendues opaques des profondeurs abyssales. Là aussi, personne ne peut nous entendre crier. Fait d'autant plus fort lorsque la station se retrouve livrée à elle-même après la coupure avec la station censée les guider à la surface.

L'univers de Cameron, c'est ausi un fort rapport entre l'homme et la machine. Ici, la machine n'est plus à l'image de l'homme, mais elle est là pour le servir, tel un outil performant capable d'opérer là où l'homme ne peut pas. C'est le bras mécanique du vaisseau, mais aussi ces mini-caméras télécommandées à distance, ou encore les scaphandres, seul moyen pour l'homme d'être face à son milieu. L'équipage manie ces machines comme si elles faisaient parties d'eux, ce qui rappelle une fois de plus que l'homme est faible face au monde qui l'entoure.
http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/36/08/77/18451050.jpg
On retrouve aussi l'amour de Cameron pour l'eau, qu'il reprendra dans Titanic (1998) avec des séquences d'inondation presque identiques à celles du paquebot insubmersible. Les profondeurs des océans recèlent bien des secrets, Cameron le sait, et son premier film, Piranha 2 (1981) semblait déjà guider ses thèmes de prédilection pour l'eau et ses créatures.

Abyss montre en réalité l'énorme culot du réalisateur. Alors que tout le monde attendait une suite au robot venant du futur, Cameron s'était d'abord payé le luxe d'offrir une suite, qui pour le coup fut magistrale, à l'une des plus grandes sagas de science-fiction des années 80, avant de revenir sur un film plus intimiste et moins populaire, avec des acteurs peu connus, hormis Ed Harris et Michael Biehn en tête d'affiche. Culoté aussi de parier sur un film de SF aux allures spatiales mais sous l'eau. Culoté aussi de proposer certaines scènes comme cette course-poursuite ou encore comme la noyade volontaire de Lindsey dans les eaux glacées pour permettre à son mari de rejoindre la plateforme et de la ranimer ensuite. Et il nous assène une fois de plus le même message de paix dans un monde violent et fragile dans lequel nous ne sommes qu'une poussière.
http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/36/08/77/19178906.jpg
Au final, Cameron ne nous aura pas berner avec ce film, loin de là, malgré un échec au box office, il montre une fois de plus le génie de ce réalisateur visionnaire.

 


Abyss
Bande annonce vost publié par CineMovies.fr - Les sorties ciné en vidéo

Commenter cet article

Lienorma 30/05/2011 12:11


Revu il y a peu de temps, ce film me donne toujours autant d'émotions. La grandeur des profondeurs serait - elle finalement saisissable ?
Un an avant la sortie d'Abyss, il y a eu Le grand Bleu et je pense que ces deux films vont au delà, bien au delà de leur scénario et nous emmenant dans des profondeurs inexplorées, capricieuses,
apaisantes...


Eska 30/05/2011 13:18



Et oui, ce qui est marrant, c'est que par la suite les 2 réalisateurs se sont tournés vers les profondeurs de l'espace...


Au fond entre les abysses et l'espace, quelle différence ?



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents