Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Captain America : First Avenger, l'Amérique a besoin d'un héros...

Publié par Eska sur 20 Août 2011, 07:55am

Catégories : #Cinéma

captain-america.jpg

 

Captain America : First Avenger

 

Joe Johnston

 

2011

 

Steve Rogers veut s'engager dans l'armée pour combattre les Nazis en Europe. Mais sa carrure chétif lui empêche de devenir soldat. Sa détermination sera pourtant remarquée et Steve est engagé dans les services scientifiques pour participer à une expérience visant à le rendre plus fort. Devenu un surhomme, Steve Rogers, alias Captain America, part sur le front pour affronter le terrible Red Skull, un nazi d'une force et d'une cruauté prodigieuse qui veut conquérir le monde à la place d'Hitler.

 

Depuis l'annonce du projet The Avengers (Joss Whedon, 2012), on voit défiler sur nos écrans une floppée de films de super-héros tournés très à la va-vite. Si Thor (Kenneth Branagh, 2011) m'avait déjà beaucoup énervé sur la mise en scène, je serais moins dur avec Captain America qui assume pleinement son côté kitch et premier degré. C'est ce qui m'épuise et à la fois me fascine chez les producteurs américains : cette capacité à assumer un scénario bidon pour faire passer un message de manière purement enfantine, privant les personnages de toute profondeur psychologique qui les élèveraient au rang de véritables héros empli de doutes et de volonté et remettrait en cause les fondements des spectateurs.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/83/71/39/19704333.jpg

C'est dommage, car Captain America avait tout pour devenir un personnage complexe et ambiguë. Parti d'un gringalet chétif qui ramasse les coups sans pouvoir les rendre, il devient subitement un soldat héroïque qui donne les coups sans en prendre, passant par la même occasion du statut de petit garçon à celui d'homme (ou plutôt d'adolescent quand on voit la teneur du film.) Mais à aucun moment le personnage ne va se remettre en question. Il a été choisi pour accomplir un exploit, ce qu'il fait sans savoir comment ni pourquoi. Quand à ses appréhensions face aux femmes, elles ne seront traitées que 2 fois dans le film pour finalement n'aboutir à rien. Autrement dit, on peut voir ce personnage comme la figure du "bon petit soldat" qui accepte de faire son devoir pour son pays sans se poser de question, figure beaucoup critiquée dans les films de guerre en général.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/83/71/39/19704332.jpg

Mais tout cela fait partie du côté 1er degré du film. En effet, le scénario ne cherche pas à faire du second ou troisième degré, l'Amérique a besoin d'un héros, et ce héros, elle va le créer physiquement grâce à un composé chimique d'un savant allemand qui va rendre les soldats plus forts. Le principe ici c'est que personne ne se pose la question de savoir si Captain America est un vrai costaud, ou si le processus va tenir le coup. Non, Captain America est un homme OGM, rien de plus naturel.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/78/95/21/19589917.jpg

Pourtant, le film va jusqu'à s'autoparodier en le faisant tout d'abord passer pour un acteur de foire. Mais notre américain aura vite fait de prendre la décision d'aller affronter l'ennemi sur le terrain. En sauvant des soldats, il devient ce héros attendu, symbole de toute une nation face à la barbarie nazie. N'oublions pas que Captain America est l'un des plus anciens personnages des éditions Marvel, créé comme une figure de propagande, avec son costume façonné dans le drapeau américain, pour inciter les jeunes hommes à s'engager dans l'armée.Une sorte de rajeunissement du célèbre Oncle Sam "I want you" pleinement assumé depuis sa création.Face à lui, Red Skull, figure emblématique du nazisme et de la mort avec son crâne rouge. Si Hitler n'apparaît pas dans le film, la détermination et la cruauté du parti apparaissent décuplés avec le personnage de Red Skull qui passe davantage pour un méchant de foire sans charisme dès qu'il rencontre Captain America.Ses installations sont détruites et nous le voyons davantage fuir devant le soldat masqué que s'imposer face au monde. C'est une fois encore une sorte de film de guerre à huis-clos.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/78/95/21/19689795.jpg

Hugo Weaving nous avait pourtant habitué à des rôles de méchants majeurs, mais ici, dès qu'il révèle sa véritable nature, il ne parvient plus à nous émouvoir. Face à lui, c'est Chris Evans interprète le brillant Captain America avec un certain brio car l'acteur se détache facilement de son personnage des 4 Fantastiques (The Fantastic Four, Tim Story, 2005). A ses côté, Hayley Atwell joue très bien le rôle de la femme forte, le genre de vraie femme qui sied à un super-héros avec un caractère bien trempé, loin de l'interprétation épouvantable de Natalie Portman dans Thor. De son côté, le pauvre Tommy Lee Jones fait pâle figure en général d'armée, jouant davantage sur l'image autoritaire de l'acteur que sur celle du personnage.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/78/95/21/19589921.jpg

Côté réalisation, Joe Johnston a l'art de maintenir le rythme dans ses films, malgré quelques gros défauts à certains moments qui auraient mérité d'être allongés. Notons l'un des passages dramatiques du film qui ne laisse justement pas le temps au suspens de se mettre en place, alors que c'est le seul échec du personnage principal. De même, l'une des scènes de séduction les plus appuyées du film n'aboutit à rien alors qu'elle pourrait facilement être approfondie elle-aussi. Côté effets visuels, on s'en prend plein les mirettes, et en 3D s'il vous plaît, mais parfois les effets sont bien trop visibles sans que cela ne nuise pour autant à l'esprit du film.Le réalisateur va même jusqu'à insérer une course-poursuite en moto qui semble nettement clin d'oeil à celle du Retour du Jedi (Star Wars VI - The Return of the Jedi, Richard Marquand, 1983) sur lequel il a travaillé en tant que superviseur des effets visuels.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/78/95/21/19589915.jpg

Peut-être vous posez-vous la question du titre. Pourquoi The First Avenger alors que c'est le dernier film avant celui qui réunira tous les super-héros ? Tout simplement parce qu'en terme de date, Captain America est le premier super-héros à voir le jour. Comment se fait-il qu'il garde sa jeunesse et apparaisse aux côtés des autres Avengers de nos jours ? Si le début du film répond en partie à cette question, c'est vraisemblablement à la fin que nous en avons confirmation. Joss Whedon a même été jusqu'à retouché le scénario de Captain America pour mieux l'adapter dans la lignée des Avengers et ainsi mieux l'intégrer au film qui sortira sur les écrans en 2012. D'ailleurs, je vous invite à rester jusqu'à la fin du générique pour profiter des premières images de ce prochain blockbuster qui réunira Hulk, Iron Man, Captain America et Thor.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/78/95/21/19589920.jpg

Au final, Captain America : The First Avenger est un film idéal pour mettre à plat ses neurones.Si vous aimez le côté kitchissime des comics et les scénarios au premier degré, alors ce film devrait vous plaire.

 

Commenter cet article

Accessoires de golf 06/10/2013 16:22

Excellent film !

je l'aime bien !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents