Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Da Vinci Code, à la quête du Saint Graal

Publié par Eska sur 29 Octobre 2010, 22:30pm

Catégories : #Cinéma

da-vinci-code.jpg

 

Da Vinci Code

 

Ron Howard

 

2006

 

Le livre ayant fait parler de lui, je ne pouvais pas passer à côté de ce roman alliant l'enquête à l'ésotérisme de la religion catholique. Une fois adapté en film, on me proposa d'aller le voir et j'en étais ressorti un peu déçu. Je viens de le voir pour la troisième fois et aujourd'hui je me suis attaché à comprendre les mécanisme de sa réalisation.

Après la mort de Jacques Saunière, le grand maître du Prieuré de Sion, Robert Langdon est lancé sur la piste du Saint Graal, accompagné de Sophie Neveu, la petite fille de Saunière. Soupçonné du meurtre de ce dernier, Langdon et Sophie tentent le tout pour le tout afin de leur échapper. Quelques énigmes déchiffrées vont leur permettre d'obtenir un cryptex, une boîte qui ne s'ouvre que grâce à un mécanisme complexe et piégé. Aidé d'un historien anglais spécialiste du Graal, ils vont s'enfuir vers l'Angleterre afin de découvrir la vérité sur les origines du prophète que fut Jésus Christ.
http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/36/20/56/18811400.jpg
Force est de constater que le film suit exactement la trame du film, presque au mot prêt, et c'est ce qui m'a donné l'impression d'assister à une histoire déjà vu (lu). Le scénario chercher à faire tenir l'intégralité du livre dans les 2h30 dédié au film. Et bien sûr, les opposants à la lecture reviennent plus vivement contre cette version ciné qui, selon eux, ne raconte que des mensonges. Pourtant, le film, tout comme le livre, ne prend aucun parti envers l'Eglise et la religion, il s'intéresse davantage à l'Histoire, celle d'un prophète aux origines divines, qui ne serait peut-être et avant tout qu'un homme. Seulement voilà, cette hypothèse remettrait en cause les principes de cette religion qui réunit aujourd'hui encore de très nombreux fidèles.

La réussite de Ron Howard a été de faire de ce film une oeuvre dynamique, jouant sur une composition très éclairée, avec des teintes plutôt chaudes, aidé notamment de l'éclairage des rues de Paris qui font de la moitié du film une véritable fresque lumineuse. Enfin un film qui se passe en France et qui donne l'impression de voir un film avec des scènes de poursuite crédibles. Jouant habilement sur l'alternance du rythme, tantôt lent, tantôt rapide, il parvient à capter l'attention du spectateur, tout en le maintenant en éveil par le biais de séquences plus vives ou encore de flashbacks. Car de nombreux flashbacks nous sont proposés afin de mieux comprendre les enjeux des personnages.
http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/36/20/56/18811389.jpg
Ces personnages ont d'ailleurs été caractérisés pour le cinéma, en en faisant des personnages facilement identifiables pour le spectateur, l'historien prudent, la femme curieuse, le commissaire implaccable, l'historien excité et bien d'autres qui font que ce film est, comme tout bon film d'action américain, facilement compréhensible par la plupart des spectateur. Malheureusement, il faut aussi prendre en considération les passés et les destins de chacun, d'où une complexification de leur vie, Langdon et sa phobie, Sophie et son appartenance à la lignée sainte, le commissaire faisant partie de l'Opus Deï, et nombres de trahisons qui font que l'on se perd finalement au milieu de tout cela. Heureusement que la plupart des acteurs nous offre un jeu confortable qui nous permettre de croire en ce film.

Une autre caractéristique de ce film, la musique de Hans Zimmer qui donne selon moi très bien le ton, mais qui étouffe complètement le film dès le moment que l'on y prête attention. En effet, la musique est omniprésente à l'écran, les moments "silencieux" sont ceux qui annoncent quelque chose d'important. Mais la plupart du temps, les mélodies s'enchaînent, toujours pour maintenir le spectateur dans un état d'attention envers les propos assez lourds du film.
http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/36/20/56/18811378.jpg
Au final, le cinéma américain vient nous offrir une belle leçon de genre dans notre Capitale mais sans pour autant parvenir à nous offrir un excellent film. Ceux qui découvriront en prendront plein la tête, ceux qui auront déjà lu le livre auront l'impression d'assister à une redite. Un film trop ciblé sur son sujet pour permettre à son réalisateur d'en faire une oeuvre personnelle et puissante, mais qui prête tout de même à rêver des mystères encore irrésolus et qui pourraient se cacher sous nos pieds.

 



Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents