Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 15:21

des-pixels-a-hollywood.jpg

 

Des Pixels à Hollywood

Alexis Blanchet

2010

 

Quelques mots au sujet du livre Des pixels à Hollywood que je viens tout juste de terminer. Sous titré "Cinéma et jeu vidéo, une histoire économique et culturelle", cet essai très riche nous montre comment l'industrie du cinéma, et plus particulièrement celle d'Hollywood, a permis l'émergence du jeu vidéo à travers le monde.

 

Si aujourd'hui les adaptations de films en jeu vidéo paraissent habituelles, il n'en a pas toujours été ainsi, et pourtant, c'est presque toujours grâce au cinéma que le jeu vidéo a su se faire une bonne place dans le monde culturel. Je me souviens, il y a une vingtaine d'années, le sentiment que j'avais à la vu d'une cartouche de Game Boy à l'image d'une affiche d'un film que je connaissais : Home Alone, Hook, Batman, ou encore Terminator 2, autant de jeux sur lesquels j'ai passé des heures (ou des quarts d'heure selon les jeux), rien que la boîte m'invitait déjà à l'extraordinaire voyage qui pouvait se trouver à l'intérieur : celui d'interpréter le héros du film, que ce soit Kevin MacAllister dans sa maison, Peter Pan au Pays Imaginaire, Batman ou le Terminator. Ne parlons pas de la qualité des jeux, mais rien que le plaisir d'incarner son héros, ça vaut la peine qu'on s'y arrête. Tout ça pour dire qu'à l'époque, l'adaptation vidéoludique d'un film restait un événement, tandis qu'aujourd'hui, nous ne sommes plus étonné tant cela est devenu habituel. Voire, on en est gavé à l'avance entre le matraquage publicitaire autour du film puis celui du jeu dont tellement ont été mauvais ces 10 dernières années, que l'on finit carrément par les ignorer pour se concentrer sur de vraies productions vidéoludiques.

 

Pourtant il n'a pas fallu longtemps pour en arriver là, et Alexis Blanchet nous le montre en nous présentant les grandes firmes au lancement du jeu vidéo sur borne d'arcade, puis PC et enfin console de jeu. Tout en parcourant l'ouvrage on découvre les liens étroits entre certains grands acteurs des deux domaines, comme Atari et Warner Bros ou encore Lucasfilm et LucasArts, et comment les éditeurs se sont emparés de l'image populaire renvoyée par certains films pour développer leur titre et mieux les diffuser.

 

L'essai permet ainsi de connaître non seulement les rapports entre les différentes Majors, mais également l'Histoire du jeu vidéo depuis sa création à nos jours. En effet, on découvre comment, après une première crise, Nintendo et les compagnies japonaises ont relancé le genre et comment les Majors hollywoodienne se sont remises dans la course, notamment grâce à des adaptations de film. De même que les films s'emparent eux aussi de ce média pour l'inclure dans certains films, soit en clin d'oeil, soit en référence, une manière de faire entrer le jeu vidéo dans la culture populaire comme aujourd'hui les iphones et vidéos Youtube pullulent sur les écrans.

 

Plusieurs cas sont pris en particulier : Les Dents de la Mer, Star Wars, Moonwalker, etc. Bon nombre de titres sont cités et commentés sur les différentes consoles d'époque. De quoi s'offrir de grands moments d'émotions tout en s'offrant une bonne connaissance du domaine. Quelques tableaux intéressants permettent de connaître également les films et les réalisateurs les plus adaptés, les acteurs également, le nombre d'adaptation par année sur une large période, bref, je vous laisse découvrir tout cela au fil de la lecture.

 

Bien sûr, le livre aborde aussi à l'inverse l'adaptation de jeux en film, avec les quelques réussites et nombreux ratés qu'on lui connaît : Super Mario Bros en est un des plus célèbres cas que l'auteur s'est permis d'analyser comme il se devait.

 

Au final, cet essai, aussi épais soit-il, est passionnant de bout en bout. Je regrette peut-être juste que la liste complète des adaptations des 507 films du corpus de l'auteur ne soit pas présente, mais avec le nombre impressionnant de références au fil des pages et une bibliographie très complète, on a largement de quoi se rassasier.

 

Des Pixels à Hollywood, c'est aux éditions Pix'N Love et c'est destiné à tout joueur ou passionné de cinéma qui se respecte ! C'est même d'ailleurs une référence puisque c'est l'un des seuls livres français à analyser le rapport entre entre les 2 domaines, alors que dire de plus ? En ce qui me concerne, je risque d'y revenir souvent....

Partager cet article

Published by Eska - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Harvey 01/05/2011 19:59


Waw, quelle réponse touffue, merci beaucoup :-D. J'ai vu certains films que tu cites, comme les Resident Evil, bien que je n'aie jamais joué au jeu vidéo (tu m'as même appris que c'était un jeu
vidéo '^^). FFVII aussi je l'ai vu et je n'y avait rien compris mais il était quand même intéressant :-).

Merci encore ;-).


Harvey 20/04/2011 13:59


J'ai l'impression, actuellement, qu'un jeu vidéo adapté en film fait plus sensation que l'inverse. Comme tu le dis dans l'article, aujourd'hui un jeu vidéo adapté d'un film est une composante
logique d'une certaine technique de marketing ayant pour but de toucher un autre public. Le jeu vidéo est devenu une sorte de produit dérivé du film.

Au fait, j'aimerais combler mon inculture: quels sont les adaptation cinématographiques de jeux vidéos les mieux réussies ?

Ah, et super article, bien synthétique et qui m'aurait poussé à aller le chercher à la librairie s'il n'y avait pas déjà quinze livres en attente sur ma table de lecture....


Eska 22/04/2011 10:26



Disons qu'aujourd'hui, le cinéma est capable d'adapter tout et n'importe quoi, mais il y a encore peu de films adaptés de jeu vidéo (contrairement à l'inverse). Mais il y a tellement de relations
entre les 2 que ça passe inpaerçu, ou du moins, on ne s'en rend plus compte...


Les adaptations les plus réussies... j'avais fait un gros dossier sur les adaptations de Tomb Raider (malheureusement disparu) et en fait, il n'y a pas de bonne ou de mauvaise adaptation, c'est
comme un roman, après on aime ou pas... mais pour Tomb Raider par exemple, le 1er est nettement raté et le 2e est très réussi selon moi, car le personnage de Lara Croft n'est pas conçu de la même
façon dans les 2 films. Dans le 1er, Simon West considère que Lara est un garçon manqué et que "oh mon dieu, Lara a mis une robe à la fin du film !!!" Alors que le 2e, Jan de Bont balance tout en
la faisant apparaître directement en bikini : Lara est une femme avec des formes généreuses et ne cherche pas à la transformer en un garçon manqué : elle s'assume. Et quand on voit les nombreuses
illustrations de Lara pour la promotion des jeux, c'est clair que ce n'est pas un garçon manqué mais bien une femme... Et quand on regarde de plus prêt, si les 2 réals ont inventé des trucs fous
(comme le robot d'entrainement) on se rend compte qu'en fait, tous les éléments des jeux (les diférentes armes, véhicules, voyage autour du monde, esthétisme, etc) tout est distillé dans les
films, soit en clin d'oeil, soit utilisé, mais pas uniquement par Lara Croft...


Et c'est pareil pour les Resident Evil, le 1er que je n'ai pas encore étudié à fond présente des éléments propres à la série de jeux : le manoir, la société secrète, les zombies, les égoûts, le
véhicule de transport, etc...Après c'est une question d'ambiance... le 1er RE est pour moi raté car il n'a pas la bonne ambiance et une fois de plus on nous offre des personnages capables de
toutes les prouesses et des éléments en plus qui ne correspondent pas à l'univers du jeu (comme l'ordinateur ultra sophistiqué doté d'une conscience) alors que le 2e RE : Apocalypse, reprend le
3e volet des jeux avec ses personnages connus (Jill Valentine, Carlos Oliveira, Claire Redfield ou encore le Némésis et son indémodable "STAAAAARS") et donc le film prend une tournure plus proche
de l'ambiance du jeu...(j'ai pas encore vu les autres, honte à moi) Après voilà, autre événement lié à Resident Evil : la série de nouvelles dont 3 sont des novellisations directes des jeux, ce
qui en donne une lecture totalement différente mais très bien foutue (où c'est pas le même personnage - celui contrôlé par le joueur - qui doit se taper toutes les énigmes).


D'autres films mais qui ont vraisemblablement peu marché : Super Mario Bros (la pire chose qu'on puisse faire à un jeu), Double Dragon, Tekken, Dead or Alive, Doom, etc...


Autre exemple : Final Fantasy. 2 films assez particuliers puisque le 1er est une histoire originale développée par les créateurs (jusque là, rien d'anormal puisque chaque jeu est une histoire
originale). Le film cherche surtout à produire un effort technique (avec la fameuse chevelure d'Aki) mais sinon le film se veut trop européen (pour une meilleure exportation sans doute) là aussi
on ne retrouve pas la magie de FF et pourtant tout y est : les monstres qui apparaissent d'un coup, des monstres énormes et bizarres à combattre, les rêves du personnage, les révélations sur lui,
le rapport à la terre (en soit, ce film est assez proche de FF VII, Gaïa remplaçant la rivière de la vie, seule entité capable de protéger la vie contre ce qui la ravage). Mais, trop européen
justement je trouve avec le méchant qui est entêté à en mourir, et surtout des personnages sans poids... on a pas envie d'être Aki Ross...(d'autant que la saga est généralement dominé par des
héros masculins entourés de femmes de grande valeur et non l'inverse).


Le 2e film était une demande très attendue des joueurs : Final Fantasy VII : Advent Children, qui est une suite au jeu FF VII (celui qui a révélé la saga en Europe pour un large public) et là,
ils ont fait un film très difficile à comprendre (même pour celui qui connaît le jeu par coeur) mais purement japonais avec un scénario bien bizarre. D'ailleurs ce film est pour moi le meilleur
film d'animation qui soit, avec une réalisation hallucinante, des mouvements de caméras impossibles autrement que dans un film d'animation, en soit ce n'est pas une adaptation mais bien une
suite, mais qui reprend tous les personnages du jeu (même optionnels) et termine par le face à face attendu depuis des années : Clad contre Sephiroth ! (bon, là je suis peut-être plus très
objectif, lol)


En fait y'a pas tellement de jeux adaptés en film, c'est très récent et c'est souvent mal fait car écrit par des gens que je suppose être des non-joueurs la plupart du temps, et donc qui ne
prennent pas le temps de s'interroger mieux que ça sur le personnage en lui-même... Du coup, ils brodent autour du type de jeu : un jeu de shoot'em all = un film d'action bourrin avec une
histoire sans intérêt mais qui doit amener ces séquences de tir dans tous les sens...


Faudrait que je le revoie mais j'ai beaucoup aimé Silent Hill aussi, avec une ambiance assez réussie...


Mais quand je vois la qualité des jeux récents, je me dis qu'ils n'y a plus besoin d'adaptations au cinéma, ces jeux sont eux-même des films, comme l'excellent Uncharted 2 qui m'a réellement
laissé sur le coup de par sa qualité de gameplay avec une caméra fluide, bref, on a vraiment l'impression de diriger un film, film d'animation certes, mais film quand même...


Bon, j'arrête ma tartine là et je t'invite à découvrir ce bouquin Harvey qui devrait sans aucun doute t'intéresser ;)



 

Gazouillis en direct 

--------------------------------------------------------------------------

Mes vidéos en ligne

logo-youtube-copie-1

--------------------------------------------------------------------------

D'autres avis

sens-critique-copie-1

--------------------------------------------------------------------------

Une petite partie ?

psn.jpg

--------------------------------------------------------------------------

Lectures et jeux du moment

darkwing.gif tekken-tag-tournament-ps2rocky ps2little-big-planet.jpghttp://image.jeuxvideo.com/images/jaquettes/00019256/jaquette-wipeout-hd-playstation-3-ps3-cover-avant-g.jpg

Recherche