Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


iBoy, un super-héros connecté...

Publié par Eska sur 26 Septembre 2011, 18:48pm

Catégories : #Littérature

iboy

 

iBoy

 

Kevin Brooks

 

2010

 

Tom Harvey est un ado comme les autres, vivant avec sa grand-mère dans une cité malfamée de Londres. Mais un jour, en rentrant du collège, Tom reçoit un iPhone sur le crâne lâché d'en haut de son immeuble. Après une période de coma, il découvre que des morceaux de l'appareil sont restés à l'intérieur de son cerveau. Dès lors, Tom acquiert des pouvoirs particuliers liés aux capacités de l'iPhone. Désormais, il est capable de se connecter au monde entier via les réseaux de communication. Profitant de ses iPouvoirs, Tom va se lancer dans une quête de vengeance, après l'agression de son amie Lucy et se confronter à tous les gangs du quartier.

 

J'ai beaucoup rigolé en découvrant le résumé de ce livre, mais malgré tout j'ai été pris par une irrésistible envie de le lire, car force est de constater que l'idée est assez intéressante. iBoy est un véritable super-héros qui découvre ses pouvoirs au fur et à mesure tout en essayant de les cacher aux yeux des autres. Le jeune Tom s'est fixé une quête de vengeance après le drame de son amie, sexuellement agressée par plusieurs jeunes de la Cité. Tout en faisant cela, il s'évertue de rester le jeune garçon qu'il est pour ne pas se transformer en pur justicier, tout en s'interrogeant sur les notions du bien et du mal.

 

Autrement dit, tous les ingrédients des histoires de super-héros sont là. Mais cela n'empêche pas de croire à une blague amusante par moment. En effet, Kevin Brooks semble être un véritable fan de la marque à la Pomme, et quand il vient à parler des pouvoirs procurés par l'iPhone, il vante ses mérites autant qu'un vendeur décidé à vendre son produit. Concept agaçant puisque l'on se sent véritablement face à la publicité d'Apple pour son produit : "Si vous n'avez pas un iPhone, vous n'avez pas un iPhone", le livre ne mentionnant à aucun moment l'existence d'autres smartphones de quelque marque que ce soit, ce qui est agaçant. Kevin Brooks aurait-il des actions dans l'entreprise ?

http://96.img.v4.skyrock.net/96b/officiel-iboy/pics/2964087179_2_3_KBH0hlP7.jpg

D'autant que l'auteur n'a pas vraiment un style plaisant. L'écriture est fluide, rythmée, et on ne se lasse pas une seule minute. Mais parfois on a l'impression que c'est écrit par un ado de 16 ans tant l'écriture est simplifiée. D'ailleurs, si le début laisse présager un assez bon livre, les derniers chapitres semblent véritablement bâclés, trop rapides, comme si l'auteur devait se dépêcher de terminer son roman pour passer à un autre. Le face à face avec le grand méchant est bien sûr présent mais manque clairement d'intensité, jusqu'au combat final, amené de manière grotesque et finalement résolu à la va-vite. C'est franchement dommage vu le potentiel de l'idée développée.

 

Mais sinon comme je l'ai dit, tous les ingrédients des histoires de super-héros sont là : un personnage commun qui acquiert ses pouvoirs durant un accident peu banal, la découverte de ces pouvoir, leur maîtrise (un peu trop rapide à mon goût), les changements physiques du héros (sa peau devient lumineuse tout en laissant apparaître des symboles, ce qu'il qualifie comme son iPeau) cette peau remplace le costume, associée à la capuche de son sweet qui en font un héros masqué. Le questionnement sur l'identité est aussi présent, et l'auteur préfère voir son personnage troublé par une schizophrénie que s'interroger sur les implications de son rôle, refusant d'être le justicier qu'il pourrait être durant toute sa vie.

 

Et bien entendu, on retrouve également le super-méchant (qui n'a que le pouvoir d'être invisible dans un monde où chacun laisse des traces numériques). C'est d'ailleurs décevant de voir que cet aspect n'est pas davantage exploité par rapport à iBoy. Enfin, la copine de Tom est l'héroïne de l'histoire, héroïne persécutée dès le départ et qui jouera de nouveau un rôle sordide dans l'histoire sans toutefois révéler son pouvoir potentiel sur Tom, là aussi l'auteur ne l'a pas suffisament exploité.

http://96.img.v4.skyrock.net/96b/officiel-iboy/pics/2968260341_1_3_wNytOMra.jpg

En revanche, le roman va au-delà de son support. A chaque chapitre, l'auteur fait référence à d'autres oeuvres (dont une citation d'un de ses précédents romans) mais surtout, il cite à plusieurs reprises des articles sur le net afin d'étayer ses propos. Quand à l'éditeur De La Martinière Jeunesse, il est allé jusqu'à créer un Skyblog pour renforcer les liens entre le personnage du livre et les médias actuels. Si ce dernier propose quelques éléments intéressants comme des photos de la banlieue de Crow Lane où se déroule l'histoire, l'éditeur n'a pas poussé plus loin : seulement 3 pages d'articles dont certains ne sont que la reprise de passage du roman, bref, rien de bien consistant pour le roman, là aussi on ne peut qu'être déçu.

 

Au final, iBoy plaira sans doute aux jeunes fans de la marque à la pomme et à quelques fans des histoires de super-héros. C'est un livre intéressant sans être un très bon livre, dommage, car l'idée mérite d'être exploitée à son maximum.

Commenter cet article

Winry26 03/05/2012 21:47

Je viens de finir ce livre et voici mon avis personnel (je ne relis pas l'article pour ne pas être influencée). Je ne m'attendais pas à rentrer autant dans le bouquin ni qu'il se situe dans cet
univers là, en l'occurence les cités malfamées de Londres et leur violence quotidienne. Ce n'est pas forcément évident en lisant la quatrième de couverture que le livre est aussi sombre.
Le postulat de départ est invraisemblable : le héros lui-même ne cesse de le répéter pour mieux le faire passer et le pire, c'est que ça finit par fonctionner.
Le livre pose l'habituelle question de que feriez-vous si vous aviez le pouvoir de tuer ou de blesser, question déjà posée dans d'autres oeuvres dont le célèbre manga Death Note. Personnellement,
je connais déjà la réponse pour me l'être posée souvent mais pour le jeune héros de 16 ans vivant dans des conditions démoralisantes, le choix est plus difficile. La structure du livre est
classique : découverte et maitrise des pouvoirs, moment de bonheur culminant pour le héros puis chute habituelle pour mieux le faire revivre, pas de grande surprise de ce côté là. De même, il y a
quelques grosses ficelles que l'on voit facilement venir, comme pour l'antagoniste du héros.Bien que pas mauvaise, j'ai trouvé la fin du livre un peu décevante par rapport au reste, même si j'ai
aimé les réflexions qu'elle peut poser sur le futur du héros après les dernières pages.

J'ai bien aimé le style d'écriture assez lapidaire, allant directement au sujet, simple mais soignée.J'ai particulièrement apprécié la façon qu'avait l'auteur de traiter le changement mental du
héros suite à ses nouveaux pouvoirs (je songe tout particlièrement au chapitre 10000). La numérotation des chapitres en binaire ainsi que les citations en titre de chapitre sont des procédés ici
très plaisants, aidant à l'immersion du lecteur. En bref, j'ai passé un bon moment, même si ce n'est pas le livre du siècle.
Un petit bémol tout de même : quand I-Boy nous sort la fiche détaillée de l'i-phone à laquelle je n'ai franchement rien compris, cela faisait du coup vraiment pub pour le produit de la marque à la
pomme croquée.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents