Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


La Gloire des Bourbon et la chute de la royauté

Publié par Eska sur 19 Novembre 2010, 12:52pm

Catégories : #Histoire

 

Introduction : L'Histoire de France au rythme du Métronome

 

Des Invalides à Bastille

XVIIe et XVIIIe siècle

 

35. L'Eglise Saint-Louis des Invalides

(Article précédent : L'Hôtel des Invalides)

 

Les Invalides (8)

 

Ah ce dôme qui surpasse les hauteurs de Paris. Son brillant interpelle, et sa stature en impose, surtout lorsqu'on se trouve dans cette cour d'honneur où tant de soldats blessés ont raconté leur histoire. Mais ce dôme n'était pas destiné aux soldats. Il s'agissait avant tout de la chapelle réservée au roi. En fait, l'architecte Libéral Bruant ne savait pas comment rendre l'ensemble : faire une église qui pourrait autant accueillir les soldats mutilés que le roi lui-même, sans avoir à les mélanger. Mais Bruant n'y parviendra pas. A la place, c'est le jeune Hardouin Mansart qui réussit à combiner ce lieu en 2 espaces distincts. D'un côté, la nef réservée aux invalides de guerre, de l'autre, le choeur royal avec ce dôme gigantesque. Mais ce n'est pas parce que la nef est réservée aux soldats qu'il faut bâcler le travail, la preuve en est que lorsque l'on passe cette petite porte perdue au fond de la galerie, on ne s'attend pas à trouver un spectacle aussi majestueux.

Les Invalides (28)Les Invalides (31)

La blancheur de ses murs reste immaculée tandis qu'en hauteur flotte encore les bannières et drapeaux des territoires conquis à l'ennemi, ces trophées pour lesquels les soldats ont combattu méritaient de reposer en ces lieux. Sur les murs, des tableaux numérotés racontent le Chemin de Croix, tandis qu'au fond, l'autel est le seul dans une église qui soit orné de drapeaux français, tandis que la grande verrière permet de distinguer l'autre versant de cette église : la chapelle royale.

Les Invalides (33)

 

Si le domaine des Invalides et l'église Saint-Louis sont accessibles librement aux visiteurs, ce n'est pas le cas du Dôme. Le tombeau de Napoléon est soumis au tarif de la visite. Il m'a donc fallu faire un petit détour par les caisses pour pouvoir entrer, mais qu'à cela ne tienne, pour le moment, je peux encore en profiter uniquement pour ce lieu. Si l'église laisse une impression de grandeur, la coupole est encore plus Les Invalides (37)grande. La maquette tranchée qui présente la construction est bien vite ignorée tant ce lieu laisse une sensation magique. Une fresque gigantesque et lumineuse par la clarté des fenêtres présente Saint Louis présentant les armes à Jésus Christ, un moyen de combiner le corps militaire à la religion. 

Les Invalides (36)

Exactement au centre de cette coupole, une large cercle s'ouvre sur un espace de plusieurs mètres plus bas. Au milieu de cet espace, un énorme cercueil brillant, installé sur un socle de marbre, sert de tombeau à l'empereur Napoléon Bonaparte. Et il faut bien une résidence divine de cet envergure pour un empereur, lequel repose transquillement tandis que chacun y va de sa photo.

Les Invalides (38)Les Invalides (41)Les Invalides (50)

 

Mais il n'est pas le seul à se reposer dans ce lieu, à ses côtés de nombreux généraux, héros de guerre ou encore l'auteur de la Marseillaise. D'autres personnages importants des grandes guerres du XXe siècles ont aussi été inhumés en ce lieu, et certains n'y sont présents que par leur coeur et non leur corps tout entier. Sous le choeur, on revoit de nouveau la grande verrière qui sépare l'église en deux. Si du côté des soldats l'ensemble paraissait beau mais sobre, ici tout est étincelant. Une crois en or gigantesque se dresse devant la salle tandis que des angelots dansent pour ces grands hommes déchus.

 

Derrière ce choeur, un escalier mène à la crypte et une belle galerie de marbre permet de rejoindre le tombeau de l'empereur. Il est impressionant de constater que ce cercueil est mis en valeur, que l'on soit à son niveau ou qu'on le domine. D'un côté comme de l'autre, sa masse imposante force le respect, tandis que la coupole se dresse encore plus haut depuis ce niveau.

Les Invalides (43)

Au fond de ce couloir circulaire qui entoure le cercueil, et dont aucune entrée ne permet l'accès, on découvre une nouvelle statue de l'empereur, paré cette fois-ci de sa toge et de ses emblèmes impériaux.

Les Invalides (47)

Quel palace pour ces hommes. Si les grands hommes de la culture ont le Panthéon que je ne suis pas encore allé visité, Napoléon est certes accompagné de vaillant soldat mais garde pour lui le meilleur emplacement du lieu. Ma visite s'achève tandis que je remonte vers la surface et vers les rues, grandes au point d'en être désertiques. Les Invalides resteront toujours un espace particulier de Paris.

 

Article suivant : Sur les traces de la Bastille

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents