Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Le Comté de Paris - Des Vikings aux Capétiens

Publié par Eska sur 21 Août 2010, 23:53pm

Catégories : #Histoire

Introduction : L'Histoire de France au rythme du Métronome

 

De Châtelet-les-Halles à La Chapelle

IXe et Xe siècle

 

19. Du Grand Châtelet au Petit Châtelet

(Article précédent : Les Paris de Lorànt Deutsch)

 

 


Châtelet (1)IXe siècle - Châtelet-les-Halles - L'heure des comtes. Une fois de plus, je reprends Le Métronome et poursuis les indications de son auteur qui me propose de ne pas sortir à Châtelet-les-halles "la plus grande gare souterraine du monde" qui débouche directement sous le centre commercial souterrain des Halles. Un lieu sombre, froid, dégoulinant de crasse et dont le rythme effréné des passants et voyageurs est l'opposé de la chanson de Florent Pagny Châtelet-les-Halles, qui en fait une description très triste et très juste. Si lui suivait les tages pour se repérer, moi ce sont les obliques enrubannées d'Hervé Mathieu-Bachelot que j'ai suivi le long des tapis roulants, non pas sous les sons des guitare grattées, mais sous ceux de cet orchestre ukrainien, dont la puissance des voix résonnent agréablement à travers les couloirs au point de faire trembler les murs.

 

Je sors comme indiqué sur la Place du Châtelet, beaucoup plus calme et plus ensoleillée que le Forum des Halles. En face des escaliers à la sortie du métro, se dresse devant moi la Chambre des Notaires avec quelques grandes dates d'événements liés à législation française. Derrière moi, la fontaine du Palmier, que les Sphinx surveillent en crachant leur jet d'eau fraîche. Cette fontaine qui relate les grandes victoires de Napoléon se situe, a été déplacée de son emplacement d'origine, quelques mètres plus loin. Mais elle se situe là où se trouvait le Grand Châtelet, un mini-château construit au IXe siècle par Charles le Chauve afin de repousser les invasions normandes, à savoir celles des vikings. Dans son livre, Lorànt Deutsch raconte ces conquêtes et la défense impitoyable de Paris avec une fougue à faire palir les plus grands auteurs.

Châtelet (3) Châtelet (2)

 

 

On imagine facilement les aventures trépidantes de ces parisiens, combattant le jour, reconstruisant la nuit, pour défendre leur ville afin d'empêcher les vikings d'envahir le reste du pays. On imagine Eudes de France, le comte de Paris (qui n'est plus la Capitale après que Charlemagne ait nommé Aix-la-Chapelle durant son règne) qui prend les armes et guide ces pauvres gens à se défendre tant bien que mal malgré la force qui s'oppose à eux. Ce Grand Châtelet qui a si vaillamment servi la Cité, était destiné à protéger les ponts qui permettaient à l'île de rejoindre les rives droite et gauche, par les actuels Pont Notre-Dame et Petit-Pont. Charle le Chauve en fit naître un 3e, sous forme de passerelle en face du Grand Châtelet, l'actuel Pont-au-Change, surnommé ainsi après la construction d'un véritable pont car les c'est ici que l'on s'échangeait dettes et créances des communautés agricoles.

Châtelet (6)

 

Suivant les indications du livre, le remonte le Quai de la Mégisserie "le quai du tannage des peaux", celui-là même qui, de la Place du Châtelet jusqu'au Pont-Neuf, sous ses apparences de coulée vertes mobiles, avec les étales des nombreux fleuristes, a gardé son côté bestiale, puisque c'est sans doute la rue qui accueille le plus d'animaleries dans tout Paris.

 

Peu avant le Pont-Neuf (qui n'a jamais été si neuf que ça apparemment), je remonte vers le Châtelet par une rue parallèle au quai, c'est la rue Saint-Germain-l'Auxerrois (le sauveur de Sainte-Geneviève, je vous le rappelle). Ici, je me mets à inspecter les murs dans leur moindre recoin, découvrant avec quelle férocité la hache du Baron Haussmann à découper les édifices qui se trouvaient là depuis quelques siècles tout au plus. Les façades des immeubles récents ont leur rez-de-chaussée encastrés dans ces pierres anciennes, qui parfois montent jusqu'au toit, avant d'afficher leur façade grise et sans style. Dans les parpaings découpés, on voit encore des morceaux de bois dont je ne saurais dire à quoi ils étaient destinés, prisonniers de la pierre depuis plusieurs siècles eux aussi.

Châtelet (8) 

Châtelet (13)Châtelet (12)

 

Un peu plus loin, je débouche dans la rue des Orfèvres, là où se tenaient autrefois les ateliers d'orfèvrerie de Paris. Je m'aventure au bout de la rue malgré les mauvaises odeurs que je ne soupçonne pas animales, sur la gauche, une longue rue très étroite et sombre, surplombée par deux façades aux styles totalement différents, c'est la rue Jean Lantier. Mais je reviens dans la rue Saint-Germain-l'Auxerrois et découvre une façade qui ferait office de ruine si elle n'était pas aussi bien restaurée. Celle d'un ancien atelier de menuiserie sans doute, qui ne devait pas connaître le métier de la charpente, lorsque l'on voit l'état de la poutrelle d'à côté.

Châtelet (11)

Châtelet (14)

 

Enfin, je reviens Place du Châtelet où 2 théâtres se font face : le Théâtre du Châtelet, devant lequel j'étais déjà venu patienter avec une amie afin de voir la sortie des artistes lors de la Cérémonie des Césars il y a 2 ans (merci Clémentine !), et le Théâtre de la Ville, connu autrefois sous le nom de Sarah Bernhardt, théâtre que l'actrice eut dirigé et dont le café du coin de la rue conserve le nom. Lorànt Deutsch parle de la loge de l'actrice, encore installée, mais celle-ci se trouve à l'intérieur du théâtre qui, bien sûr, était fermé.

Châtelet (5) Châtelet (4)

 

Châtelet (17)

 

Je me dirige donc vers la Tour Saint-Jacques de la Boucherie, construite au XVIe siècle, renvoie par son nom, à la grande boucherie qui se trouvait à côté du Châtelet. Dans l'un on abattait les animaux, dans l'autre on torturait les prisonniers. Autant dire que ce lieu, aujourd'hui vivant et lumineux, repose sur les cris et le sang des animaux et des hommes suppliciés. La Tour Saint-Jacques est imposante, dédiée à Saint-Jacques le Majeur, l'un des douze apôtres, mesure 52 mètres de haut et est surveillée par une statue de Blaise Pascal en son centre, inacessible.

Châtelet (16)

Rue Galande (5)

 

Enfin, je continue jusqu'à la rive gauche, traversant une nouvelle l'Île de la Cité, pour rejoindre la ruelle étroite de la rue Galande, situé derrière l'église Saint-Julien-le-Pauvre. Dans cette rue Galande, l'auteur nous parle du Caveau des Oubliettes, qu'il situe au 42. Erreur, celui-ci est situé au 52, si bien sûr il nous parle de ce pub qui n'ouvre malheureusement ses portes qu'à partir de 17h. Ce n'est donc pas aujourd'hui que je verrais les messages gravés dans la pierre des anciens suppliciés, là où se tenait le Petit Châtelet, servant à défendre le Petit Pont depuis la rive gauche. Rue Galande (6)

 

Alors pour terminer, je remonte cette rue galande, m'arrêtant ici et là pour regarder les façades et les murs à la recherche de quelque trace du passé. Parfois, quelques portes à demi-ouvertes permettent de surprendre des pans de murs très anciens et d'autres plus récents. Et puis la rue Galande, c'est aussi la rue de tous ces restaurants de Saint Michel, cette rue dans laquelle on se promène le soir à la recherche de l'odeur la plus alléchante au milieu de ce méli-mélo odorant. Tout ici veut ressembler au passé, celui du XIXe siècle, avec ses façades en bois? Seule la rue pavé rappelle vraiment les temps anciens, le reste n'est que de mauvais goût.

 

Avant de partir pour La Chapelle, je voudrais signaler cette impasse qui passe quasiment inaperçue, cachée entre deux magasins qui n'hésitent pas à s'étendre devant la porte à peine visible et fermée par un digicode. Cette impasse, ou du moins ce que l'on en voit, a l'air d'être plus qu'étroite, et je en serais pas étonné qu'il s'y trouve encore quelques traces du passé. Pour la voir, il faut se rendre rue Saint-Severin, juste après avoir traversé la rue du Pont à la sortie de la rue Galande, à hauteur de l'arrière de l'église Saint-Severin. Tournez-vous du côté du magasin touristique, juste à sa gauche, derrière le chariot de cartes postales. J'aimerais bien savoir ce qui se cache derrière la porte, pas vous ?

 

Article suivant : La Chapelle

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents