Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Le Comté de Paris - Des Vikings aux Capétiens

Publié par Eska sur 22 Août 2010, 16:35pm

Catégories : #Histoire

Introduction : L'Histoire de France au rythme du Métronome

 

De Châtelet-les-Halles à La Chapelle

IXe et Xe siècle

 

20. La Chapelle

(Article précédent : Du Grand Châtelet au Petit Châtelet)

 

 

 

Mon guide s'arrête cette fois à la station La Chapelle. Mais La Chapelle pour moi, c'est un peu l'autre bout du monde, du moins, celui de Paris, du fait que je croise ce nom chaque fois que je prends la ligne 12 à la porte opposée. Pourtant La Chapelle est sur la ligne 2. Oui mais voilà, je ne suis pas si fidèle à mon guide, et pour des raisons de facilités, il m'est plus simple de suivre la ligne 4 depuis Saint Michel jusqu'à la station Gare du Nord, qui dessert toutes les villes au Nord de Paris. De là, je remonte la rue jusqu'à La Chapelle, et tout de suite je retrouve les mots du livre.

 

"Je flâne dans ce quartier qui sent bon les épices venues d'Inde ou du Pakistan, sorte d'Indiantown propice à toutes les découvertes." Effectivement, en remontant la rue je ne croise aucun des supermarchés traditionnels de Paris, mais bien des petits magasins à travers lesquels on peut voir foule de gens se presser devant la caisse, les mains pleins de ces produits alimentaires venus d'ailleurs, ou de ces fruits et légumes qui s'entassent derrière les vitrines. Je passe devant d'autres échoppes de vêtements du plus beau style orientale, ces mêmes tissus dont se parent les femmes que l'on peut croiser sur le trottoir. D'autres attirent les passants avec leurs prix sur des DVD made in Bollywood. Et au milieu de ces marchands, les kebabs et restaurants produisent encore et encore des saveurs connues d'eux seuls.

 

Nous sommes à la limite des 10e et 19e arrondissements. Des quartiers souvent très populaires, peut-être trop. Et dans cette ambiance, on se demande si l'on est encore dans Paris, car ici l'excitation des touristes contemplateurs a cédé la place à l'agitation des vendeurs aguicheurs. La rue est d'ailleurs en plein travaux, les trottoirs sont réduits, il devient difficile de passer au milieu des habitants et des nombreux enfants dont les plus jeunes s'accrochent aux jupes de leur mère. Je loupe le Théâtre des Bouffes du Nord, tellement anodin qu'il en est invisible.

 

J'arrive enfin devant le métro. Lorànt Deutsch a raison, ici le métro "se fait aérien". Je ne cherche pas à monter sur le quai pour voir le Sacré Coeur, j'ai aperçu sa flèche déjà la gare routière de la Gare du Nord. Mais je tourne un peu autour, histoire de voir sur quels piliers imposants repose cette voie qui suit l'ancien tracé de l'enceinte des Fermiers généraux, installée peu avant la Révolution et qui encerclait Paris en passant par la Place d'Italie, visitée l'autre fois.

  La Chapelle (1)

C'est dans ce quartier, autrefois village de La Chapelle au Ve siècle, qui ne faisait donc pas parti de Paris, mais de Saint-Denis. Ce village se construisit autour d'un oratoire où Sainte-Geneviève avait prié en se rendant à Saint-Denis. Ce n'est qu'au XIXe siècle qu'il fut intégré à Paris. A la place de l'ancien oratoire se dresse l'église Saint-Denys-de-la-Chapelle, bâtiment imposant du XVIIIe siècle, et dont je n'aurais pas eu la chance de découvrir les quelques vestiges du XIIIe dans la nef, puisque je dois une fois de plus m'oppose à des portes closes. Je m'arrête alors devant la statue de Jeanne d'Arc, hommage à son passage dans cette église au XVe siècle. La Pucelle d'Orléans à franchi ce seuil qui reste clos sans même un mot.

 

L'église Saint-Denys-de-la-Chapelle n'est pas si près de la station La Chapelle, et je me demande comment les étudiants du XIII siècle faisaient pour parcourir le trajet de la Montagne Sainte-Geneviève jusqu'à la Foire du Lendit. Sous la chaleur écrasante, je remonte jusqu'à la station Porte de la Chapelle. L'ambiance est ici aussi bien différente des rues précédentes. La seule agitation qui règne est celle des voitures et les odeurs des pots d'échappement. La Chapelle ne restera finalement qu'un petit fief, trop éloigné de Paris pour attirer quelques touristes, exceptés les courageux et les passionnés de Jeanne d'Arc.

La Chapelle (2) La Chapelle (3)

 

 

Article suivant : La Station de métro Arts et Métiers

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents