Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Le Poète

Publié par Eska sur 23 Juillet 2011, 09:09am

Catégories : #Littérature

le-poete.jpg

 

Le Poète

(The Poet)

 

Michael Connelly

 

1996

 

Jack McEvoy est journaliste pour les rubriques criminelles. Chaque jour, il part à la rencontre des veuves et des orphelins pour récolter leur témoignage. Mais lorsque c'est son propre frère qui est retrouvé mort, Jack souhaite quand même mener l'enquête. Si l'enquête a conclu au suicide, le journaliste découvre que certains éléments ne collent pas à l'affaire et que son frère pourrait bien avoir été tué. Ses recherches lui permettent de découvrir que d'autres flics ont été suicidés de cette manière, et lorsqu'il décide de pousser plus loin l'investigation, c'est le FBI qui s'en mêle pour débusquer ce qui semble être un effroyable tueur en série pédophile. Parvenant à se faire intégrer parmi les agents à condition qu'il n'écrive pas d'article, Jack va suivre l'affaire dans ses moindres détails, accompagné de l'agent Rachel Walling auprès de qui il tombe amoureux. L'enquête le confronte alors à l'un des pires criminels des Etats-Unis.

 

Il y a longtemps que l'on me recommandait de lire ce polar américain, c'est enfin fait. Et que dire si ce n'est qu'il est vraiment très bon ! Dès le départ, on se laisse entraîné par l'histoire. D'autant que l'édition du Seuil propose avant tout un résumé de l'enquête, aussi, j'ai eu l'impression qu'il s'agissait d'une affaire véridique qui était ici adaptée, ce qui m'a tout de suite mis dans le bain. D'entrée de jeu, on nous présente les faits : Jack, journaliste, doit reconnaître Sean, son frère jumeau décédé. On s'identifie alors rapidement à ce personnage à la première personne qui souffre de cette disparition et tient quand même à réussir sa carrière.

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/5/7/6/9782020345675.jpg

Par la suite, on assiste à 2 modes d'enquête. Tout d'abord celle du journaliste, fouillant des articles, passant quelques coups de téléphone à des bureaux locaux de la police, rendant visite à d'anciens compagnons, se faisant même passer pour un autre de temps en temps. Jack est sans arrêt en train de se demander s'il doit ou non révéler sa véritable identité et son but. Puis lorsqu'il tente de pousser un peu plus loin, il se retrouve confronté au FBI. Dès lors, l'enquête progresse à grande vitesse, avec des situations qui amènent parfois plus de quoi satisfaire une accusation plutôt que de révéler l'endroit où se cache le criminel.

 

Ce criminel, nous le suivons également. Gladden, meurtrier pédophile, gagne sa vie grâce à des commandes de photographies étranges. Sans nous identifier à lui, nous suivons ses actes, ses pensées, ses méfaits et son accrochage avec la police, qui nous permettra de voir que le bougre connaît la loi et les moyens de se sortir des situations les plus délicates, ce qui en fait un redoutable ennemi. Cela nous montre par ailleurs comment les lois conçues pour protéger les innocents peuvent être détournées, empêchant ainsi les criminels d'être arrêtés. Mais Connelly va plus loin avec son criminel et son lecteur, et plutôt que de vous en dire plus, je vous laisse le soin de dévorer ce chef d'oeuvre et de vous en prendre plein les mirettes !

 

Les personnages sont donc attachants, aussi bien Jack que l'agent Walling. Leur rencontre est d'ailleurs l'une des plus belles qu'il m'ait été donné de lire. Musclée, intense, efficace et rythmée, les 2 personnages affichant d'entrée leur fort caractère. Et puis tous ces personnages qui gravitent autour d'eux, comme l'agent Thorson, ex-mari aigri de Rachel, salopard de première et pourtant flic droit et sincère malgré tout ce que Jack pourra penser de lui. L'agent Backus en supérieur est aussi un personnage fort, bien plus qu'il n'y paraît. Fils d'un père agent du FBI très réputé avant lui, il sait mener son enquête et diriger ses hommes, si bien que c'est avant tout vers lui que Jack va se tourner au moment où il suspectera des problèmes au sein même de l'agence gouvernementale. Et puis Gladden, ce criminel que l'on connaît et que l'on envie de voir arrêté une fois pour toute !

 

Malgré tout, le livre a quelque peu vieilli, mais pour ma part j'ai trouvé cela amusant. L'histoire se passe à la fin des années 90, à l'époque où l'ordinateur et Internet ne se sont pas encore démocratisés comme aujourd'hui. L'enquête progresse en grande part grâce à l'informatique, mais avec les limites de l'époque : Jack qui demande à une amie bibliothécaire de faire des recherches dans sa base de données, ce que nous faisons désormais sur Internet. Ou encore, et c'est certainement le détails le plus révélateur de cette époque, c'est que les personnages doivent sans arrêt jongler avec leur prise téléphonique : débrancher le téléphone pour y brancher le modem, rebrancher le téléphone pour passer un coup de fil et le redébrancher pour se reconnecter au réseau. D'ailleurs, déjà à cette époque Connelly pointait du doigt les dangers liés à Internet. En effet, le Poète se connecte à un forum secret pour établir ses commandes, publier ses pensées et garder le contact avec des personnes influentes en cas de risques. L'ordinateur semble être devenu l'atout majeure des pédophiles, de même que les appareils photos numériques, qui sont alors la grande révolution de l'époque pour transmettre rapidement des photos de qualité. Mais tout cela ne gêne pas le lecteur, au contraire, et lorsque l'on y fait attention, on s'amuse de tous ces détails mais que les jeunes d'aujourd'hui ne verront sans doute pas de la même façon.

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn_indesign/2011-06/2011-06-23/article_2306-CUL-CONNELLY.jpg

Au final, Le Poète est un excellent ouvrage, à l'écriture fluide, rythmée et aux personnages attachants, si bien que l'on se demande comment il n'a pu être adapté au cinéma depuis.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents