Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Léviatemps, une mécanique sans fin

Publié par Eska sur 23 Octobre 2010, 08:27am

Catégories : #Littérature

leviatemps.jpg

 

Léviatemps

 

Maxime Chattam

 

2010

 

Guy de Timée est un auteur parisien de romans policiers. Après avoir fui sa famille, il a élu domicile dans une maison close, là où on ne rechercherait pas. Mais un jour, ils retrouvent une des courtisanes assassinée d'une bien étrange façon. A la demande de Faustine, l'une des plus séduisante courtisane de la maison, Guy décide de se lancer dans l'enquête que la police préfère étouffer. Il devra alors plonger dans les bas-fonds parisiens et les stands prestigieux de l'Exposition Universelle pour retrouver le meurtrier.

 

Maxime Chattam se lance dans un style complètement différent de ce que nous lui connaissons d'habitude. Fini les phrases courtes, les points de suspension (j'en connais qui vont être contents), les climax en fin de chapitres. Ici l'écriture devient plus étoffée, plus profonde, plus mature. On sent le style des auteurs d'autrefois. Pas que Maxime Chattam soit un Maupassant ou un Zola, mais ses descriptions se veulent plus intenses, plus précises que dans ses précdents romans. Il garde toutefois un style bien à lui dans la construction de son récit : des temps forts qui ne mèneront à rien, de fausses pistes, des lieux et des personnages clés que l'on reverra avec plaisir, jusqu'à un final rapide, comme si ses 400 pages n'avaient que 10 pages pour s'achever.

 

Les personnages sont nombreux, mais l'auteur se concentre davantage sur ses principaux, ce qui est dommage. Guy de Timée en devient agaçant à tout savoir, à vouloir tout faire, à vouloir absolument décrypter selon ses déductions le meurtrier qu'il a nommé "Hubris". Mais sans doute est-ce là la force et le devoir de chaque écrivain de devoir comprendre à tout prix un personnage. Les auteurs de polar seront ravis de découvrir quelques anecdotes sur les méthodes de graphologie ou d'étude des larves pour déterminer une date.

 

Les autres personnages mériteraient d'être davantage développés. Faustine, la courtisane, se révèle un peu durant l'histoire mais il resterait tellement à en dire. De même que Perotti, jeune inspecteur de police qui décide de fouiner là où ses collègues n'iront pas, et dont on ne sait rien finalement. Julie, la tenancière de la maison close et Gikaibo, un ancien sumo qui lui sert de garde du corps en quelque sorte, semblent cacher eux aussi des éléments puissants. Mais peu de choses apparaissent.

 

Paris au temps de l'Exposition Universelle. Je ne suis pas encore arrivé jusque là dans ma remontée historique sous les conseils de Lorànt Deutsch, mais j'espérais pouvoir me servir de ce roman justement pour un nouveau voyage dans l'Histoire et dans l'Imaginaire de cet époque. Malheureusement, les mots n'ont pas su me contenter. Il m'est toujours difficile d'imaginer la place que prenait l'Exposition Universelle, d'autant que la plupart des bâtiments ont disparu par la suite, de même que la rue Monjol, la rue la plus mal famée et qui ne ressemble désormais qu'à une impasse. Je suis un peu déçu que Maxime ne se soit pas plus servi de l'Histoire, ce matériau formidable et presque inépuisable désormais, pour enrichir son oeuvre et ses descriptions des rues de Paris.

 

Léviatemps, le roman porte bien son nom, et l'expliquer reviendrait à raconter le final, mais je tiens quand même à partager une interrogation sur cette ouevre : le temps qui passe est une notion mécanique, définie par l'Homme pour délimiter sa vie, mais le temps peut-il être organique ? Le livre ne cherche pas à répondre à cette question, même si elle lui pend au nez.

 

Au final, j'attends le second tome qui doit paraître. Sans être impatient toutefois, celui-ci s'est terminé comme il se devait, ave une conclusion, et une ouverture.

Commenter cet article

Jérémy Zucchi 23/10/2010 13:58


Le complot du 11 septembre, c'est tout à fait dans le cadre de mes recherches actuelles pour mon bouquin sur Dick (paranoïa quand tu nous tiens...) !


Eska 23/10/2010 14:08



Dans ce cas, Les Arcanes du Chaos sont pour toi. Côté paranoïa, bon ça n'atteind pas le niveau que Dick peut faire mais c'est pas mal... ;)



Jérémy Zucchi 23/10/2010 10:28


Le début de ton article et le titre du roman titillaient ma curiosité, mais si ce roman n'est pas aussi que d'autres que tu m'as conseillé, ce ne sera donc pas le premier que je lirai. C'est bien
en tout cas qu'il évolue. Avant de lire Chattam, il faut que je lise "Vendetta" d'Ellory qu'on m'a offert l'an dernier, il paraît qu'il est génial, tu l'as lu?


Eska 23/10/2010 13:15



Non pas lu. Après lire un premier Chattam, tout dépend ce que tu aimes, je veux dire, c'est toujours du thriller, mais quels thèmes t'as envie d'aborder : le complet du 11 septembre, la guerre,
le porno, ou bien du fantastique...



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents