Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Monumenta 2011 par Anish Kapoor : Dans le ventre du Leviathan...

Publié par Eska sur 23 Mai 2011, 12:25pm

Catégories : #A découvrir

P1070571

 

Il y a des choses qu'on ne verra sans doute qu'une fois dans toute sa vie, et l'exposition d'Anish Kapoor en fait partie.

 

MONUMENTA est un concept unique et épique proposé par le Grand Palais. Il s'agit d'inviter un artiste à exposer une oeuvre en occupant la nef du Grand Palais à sa guise, soit 13 500m² et 45m de hauteur à remplir.

Pour l'édition 2011, Le Grand Palais a fait appel à Anish Kapoor, artiste britannique, pour développer une oeuvre originale et monumentale.

 

L'intérieur de la bête

En arrivant à l'entrée de l'expo, on se retrouve devant une porte rotative assez étroite, ne laissant passer qu'une personne à la fois. Tout est noir et la lumière de l'extérieur parvient à peine à s'engager dans le sas d'entrée. Les fenêtres de la porte rotative ont même été fermé pour que rien ne puisse filtrer aux yeux du visiteur.

Première sensation lorsque l'on attrape la poignée, ne pas penser à cet effet de claustrophobie au moment où les 2 battants vous enferme dans un espace étroit. S'ouvre alors une expérience irréelle...

 

P1070453

On se retrouve dans une sorte de grand ballon sans interstice, complètement en dehors du monde. La lumière du soleil qui passe à travers la grande verrière, traverse la surface extérieure, donnant ainsi sa couleur à l'intérieur : un rose suffocant.

 

P1070454

Trois grandes ouvertures circulaires laissent imaginer une série de pièce que le regard n'atteindra jamais. Et cet enchevêtrement de lignes, reflets de la grande verrière qui s'illumine au fur et à mesure que le ciel s'éclaircit et que le soleil pénètre la structure, pareil aux battements d'un coeur. Tous les regards sont perdus, les visiteurs cherchent à comprendre, à repousser ce mal-être qui les empare, cette sensation d'avoir été par un monstre. Et au fur et à mesure que l'on progresse dans cet espace, on ne parvient pas à y trouver d'harmonie, comme si l'on subissait une lente agonie, celle d'être digéré à petit feu.

 

P1070464

Il est difficile d'imaginer que nous avons été ainsi dès l'origine, foetus chaudement installé dans une poche obscure, mais surtout, la différence réside dans la grandeur de ce ventre qui nous entoure, que l'on a toujours voulu retrouver et que l'on désire fuir désormais. Le battement du coeur devient celui de la foule, les esprits s'égarent et le corps devient anonyme.

 

P1070470

 

Entre les pattes du Leviathan

Nouveau passage par la porte rotatitve où un vigile insiste sur la poignée à tenir pour faire coulisser les battants. Curieusement, cette poignée donne l'impression qu'elle est l'unique moyen de pouvoir sortir, de pouvoir s'extirper de ce corps avant qu'il ne nous engloutisse pour toujours.

Arrivée à la lumière du jour, il est difficile de retrouver ses sensations et l'on progresse alors dans une nouvelle pièce faite de chaire et de métal.

 

P1070480

Ce Leviathan est une masse vertigineuse, informe, comme une cellule qui chercherait à se développer dans un environnement étroit. Une bonne trentaine de mètres de haut, et s'étirant sur chaque côté de la nef. On longe ce corps, on en fait le tour, on passe dessous, sensation étrange de passer sous une structure qui semble respirer. Le balcon en face nous permet de monter à bonne hauteur pour se retrouver face à face avec ce ver géant que chacun tente d'interpréter selon ses fantasmes.

 

P1070506

Comment a-t-il été façonné ? Qu'est-ce qui le maintient ainsi ? Pourquoi cette couleur ? Autant de questions que l'on préfère garder sans réponse concrète pour mieux tenter de se l'imaginer, de lui donner corps, de lui donner vie.

 

Sous la verrière du Grand Palais

Acteur et témoin du XXe siècle, le Grand Palais en a vu défiler du monde pendant plus d'une centaine d'années. Construit à l'occasion de l'exposition universelle de 1900, celle que l'on considère, aujourd'hui encore, comme la plus grande exposition mondiale de tous les temps, la plus prestigieuse, à une époque où l'innovation résidait dans la technologie balbutiante.

P1070516

A l'intérieur, on se plaît à imaginer quel merveilleux prodiges ont été exposés ici-même à cette époque, entre ses barres de fer et ses dômes de verre.Désormais, nous sommes nous-mêmes témoins de l'Histoire, celle qui a vu des choses aussi monumentales qu'autrefois, marquant à jamais le pouvoir créatif de l'Humanité.

 

leviathan

 

Merci à Laetitia S. et Laurent M. pour les photos.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents