Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Nid de guêpe, shoot'em up pur french...

Publié par Eska sur 30 Août 2010, 07:11am

Catégories : #Cinéma

nid-de-guepes.jpg

 

Nid de Guêpes

 

Florent-Emilio Siri

 

2002

 

Pas emballé la première fois que je l'ai vu, ce n'est que bien plus tard, après avoir visionné Otages du même réalisateur en 2004, film qui m'a particulièrement accroché la première fois, que je me suis dit qu'il fallait que je revois le fameux film qui lui avait valu sa notoriété aux Etats-Unis. Je ne suis toujours pas emballé, mais je reconnais son style scénaristique qui, au fond, n'est pas si mal.

 

Alors que tout le monde fait la fête en ce 14 juillet, une équipe des forces spéciales est chargée d'escorter une ponte de la mafia albanaise au Tribunal Européen. Mais en chemin, ils tombent sur une embuscade de mercenaires prêts à tout pour libérer le prisonnier. Contraints de s'abriter dans un entrepôt, ils tombent en plein braquage d'une petite bande de truand.

 

Le scénario est à la fois complexe et bien ficelé. Comment se fait-il qu'une mission d'escorte soit plombée à ce point ? Il suffit simplement d'envoyer une bande de malfrats investir l'entrepôt dans le but de faire un casse informatique, ces derniers ayant bien entendu pris le soin de couper toute communication avec l'extérieur. C'est donc dans une sorte de no man's land que tout ce petit monde est regroupé. Mais la complexité vient de ce 3e personnage, celui de Louis, ancien pompiers et désormais gardien des lieux. D'abord prisonnier puis libéré, il agit comme une sorte de personnage indépendant du reste, un électron libre qui se canalise mais dont on ignore tout.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/00/02/36/76/nid4.jpg

Une fois la situation mise en place, place à l'action. Shoot'em up à volonté, comme dans un jeu vidéo. Ce qui m'avait déjà marqué à l'époque, c'état la déshumanisation des tueurs, avec leur masque à vision nocturne. Ils apparaissent plus comme des créatures monstreuses, justement le genre de personnages destinés à limiter l'impact de la violence sur le joueur, car il s'agit pas d'hommes, mais de mercenaires qui en ont l'apparence. "Il embarquent leurs morts". Une réplique qui là aussi renvoie au jeu vidéo, les corps des cadavres disparaissant au fur et à mesure, là aussi pour limiter la violence, même si Siri en fait un détail important sur le professionnalisme de ces mercenaires. Notons également les attaques par vagues successives et en plusieurs endroits, pareil à une I.A. bien rôdée.

 

Et ça tire dans tous les sens. Sur le toit, dans l'entrepôt, dans les sous-sols, tous les moyens sont bons pour tenter d'infiltrer ce lieu et de tuer leurs occupants. Ces derniers en revanche n'ont pas tous la carrure de héros. Si Louis a l'air d'un expert chevronné qui au fond n'est doué que d'un sens aigü de l'instinct de chasseur, l'équipe de braqueurs n'accroche pas tant il s'agit d'une jeunesse abusée. Comment avoir de la sympathie pour ces personnages qui pourrissent le système de communication de toute une région pour leur simple besoin d'infiltrer un entrepôt, voler des ordinateurs, tout ça pour se "faire une place au soleil" ? Nous sommes loin des pauvres banlieusards qui n'ont d'autre choix pour s'en sortir. Et on leur préfère nettement Hélène, des forces spéciales, femme forte et professionnelle, qui parvient à mener les équipes de front sans craquer. Mais n'est-ce pas Louis la tête pensante dans cette histoire en sauvant tout ce petit monde ?

 

Vous l'aurez compris, difficile de savoir qui est vraiment le personnage principal car il n'y en a pas. Trois points de vue différents, tous dans l'objectif identique de leur survie, mais aucun ne prend le dessus sur les autres, d'où une fois de plus la complexité du film. Malgré tout, il faut déjà voir là le style de son réalisateur : scénario complexe où la justice intervient malgré elle dans une situation déjà mise en place, Otages est de la même trempe : un braquage de particulier, un policier pris pour cible, et Siri ira même plus loin en rajoutant ses tueurs non humains masqués, sous les ordres d'un riche personnage. Mais pour le coup, il s'est amélioré en passant de l'autre côté de l'Atlantique, pourvu que ça dure !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents