Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Orgueil & Préjugés, ne jamais se fier à la première impression...

Publié par Eska sur 14 Septembre 2010, 22:20pm

Catégories : #Cinéma

orgueil---prejuges.jpg

 

Orgueil & Préjugés

(Pride & Prejudice)

 

Joe Wright

 

2005

 

Dans les campagnes anglaises du XVIIIe siècle, Madame Bennet tente de promouvoir ses filles dans des familles aisées. Lors d'un bal, l'aînée tombe sous le charme du jeune Mr. Bingley, un riche héritier. De son côté, Elisabeth tente de percer la véritable identité de son ami, le curieux Mr. Darcy. Entre rencontres et querelles, les deux jeunes gens découvrent qu'ils sont attirés l'un par l'autre.

 

C'est sur les conseils d'une de mes collègues (décidément, que ferais-je sans elles ?) que je me suis pris ma soirée pour regarder ce magnifique film. J'en avais déjà entendu du bien, mais rien que le titre me laissait penser à une oeuvre lourde, qui cherche trop à en faire, mêlant histoire sentimentale et Histoire politique dans un pays qu'il faut connaître pour en comprendre les subtilités. Et bien non ! Orgueil & Préjugés est tout simplement l'inverse. Ici, on se concentre sur les personnages, et ce en nombre limité, ce qui est davantage pour me plaire moi qui ait du mal à m'y retrouver dans les familles trop nombreuses. Le scénario se concentre sur les personnages principaux, ce qui donne davantage d'émotions.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/35/99/80/18445873.jpg

Le titre convient parfaitement bien à cette histoire. Le film démontre comment l'orgueil de jeunes gens les amène à des préjugés qui se révèlent être faux. Pourtant, il est difficile de croire que le final sera aussi émouvant lors des premières rencontres. Un Darcy froid et que l'on prétend sans scrupule, tout est fait pour malmener son personnage d'homme de la haute société, fier et hautain. De l'autre côté, Elisabeth se montre une jeune femme forte, et tout aussi fier de sa personne, mais qui cherche davantage à cacher ses sentiments de peur de les exprimer. Deux personnages interprétés divinement par Matthew MacFayden et Keira Knightley, qui a su montrer qu'elle n'était pas seulement promue à des blocbusters par la pauvre qualité de son jeu. D'ailleurs, on ne se doute pas que la miss préparait le tournage de son film suivant, Domino (Tony Scott, 2005) pour lequel elle s'entraînait activement à manier le nunchaku. A leurs côtés, on retrouve une belle brochette d'acteurs talentueux comme Donald Sutherland ou encore Judi Dench, qui viennent ponctuer le film par l'aura de leur simple présence.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/35/99/80/18871725.jpg

Que dire de plus sur ce film si ce n'est qu'il s'agit d'un beau film d'amour comme on en voit malheureusement peu ? Je n'ai pas lu le roman de Jane Austen dont est tiré le film, mais après ça, je suis prêt à me plonger dedans pour approfondir un peu les sentiments des personnages qui, j'en suis sûr, sont davantage mise en valeur et plus longuement décrit au fil des pages. Ce que je qualifierais de "frais" dans ce film, c'est son classicisme. On ne cherche pas à faire du chichi pour trouver "la meilleure façon de déclarer ses sentiments", et l'on a encore moins à faire à des James Bond sûrs d'eux et arrivant toujours à leur fin. Leur timidité apparente est ce qui les rend touchant, et le respect des codes (le salut des demoiselles, les demandes en mariage très solennelles, les bals et les danses) en fait finalement un film très simple.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/35/99/80/18445871.jpg

Et puis l'image est belle ! Combien de réalisateurs, et avant eux de romanciers et autres artistes, se sont laissés posséder par le paysage des landes anglaises ? Déjà le premier plan est magnifique : ce lever de soleil sur la plaines humide et brumeuse révèle déjà que le film est à la fois brillant et poétique. Parfois, on se demande si ce ne sont pas des peintures qui servent d'arrière-plan, voire d'image tout entière. La qualité des images, de la lumière, des décors et costumes, ainsi que la réalisation, comme ce passage des jours au fil des tours de balançoires, est tout simplement remarquable et laisse d'autant plus le spectateur se prendre au film et à l'histoire.

 

Ainsi, sans tomber dans le mélodramatique sentimentale, ni dans la fresque historique sans contenu, Orgueil & Préjugés est une belle romance magnfiquement réalisée, un film de prince charmant, tout simplement.

 

J'aurais souhaité mettre la bande-annonce, mais entre la VF, la musique de Barry Lyndon déjà archi-connue et l'impression "comédie américaine" et mélodramatique, elle ne met absolument pas en valeur cette oeuvre et je ne préfère pas casser l'image d'un si beau film. Alors si je n'ai qu'un conseil, laissez-vous directement séduire par le DVD, la surprise n'en sera que plus grande !

Commenter cet article

Cécile Desbrun 15/09/2010 22:18


C'est vrai que c'est un film qui ne m'attirait pas spécialement, même si j'aime beaucoup Jane Austen. Je ne sais pas vraiment pourquoi (l'affiche un peu bof? Keira Knightley qui fait trop jeune
fille en fleurs?) mais sans penser que c'était un mauvais film, il ne m'avait pas l'air d'être très bon...

Je pense donc que je le regarderai très prochainement... une fois que j'aurai fini de regarder les films de Rita Hayworth, ce qui va sans doute me prendre les dix prochains jours.


Claire 15/09/2010 07:40


Tes collègues t'ont bien conseillé !! Ce film est magnifique tant par l'histoire que par les décors.
D'ailleurs, tu me donnes envie de le revoir ! ^^


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents