Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Peter Pan de James M. Barrie ou l'insouciance des enfants

Publié par Eska sur 23 Décembre 2010, 12:50pm

Catégories : #Littérature

Peter-Pan.jpgPeter Pan

 

James M. Barrie

 

1911

 

Wendy et ses 2 frères John et Michael sont conduits au Pays de l'Imaginaire par Peter Pan et la fée, Clochette la rétameuse. Sur place, ils découvrent les enfants perdus, des orphelins qui voient en Wendy une mère providentielle, capable de les protéger de tous les maux. Mais si les guerres avec les indiens sont de l'ordre du jeu, ce n'est pas le cas avec les pirates, car dans l'ombre, le cruel Capitaine Crochet attend de prendre sa revanche sur le jeune Peter.

 

Ah Peter Pan, ce charmant petit garçon que tout le monde vous dit adorer. Sa joie permanente, sa capacité a tourner en jeu toutes les situations, sa tendresse naïve, sa force et son courage... Et bien laissez-moi vous dire que tous ces gens n'ont certainement JAMAIS lu l'oeuvre originale de James M. Barrie et ne s'en tiennent qu'à une adaptation cinématographique complètement faussée pour être plus touchante !!! Car Peter Pan est en réalité une véritable teigne ! Il est orgueilleux, prétentieux et imbu de lui-même, au point d'en être cruel pour les siens !

 

Si la rencontre entre Peter et Wendy reste touchante : le petit garçon qui tente de récupérer son ombre, en réalité, le reste est assez noir. Certes, l'histoire de Peter est touchante : refusant que son avenir soit déjà décidé par ses parents, il décide de s'enfuir pour le Pays de l'Imaginaire où il est élevé par les fées. A son retour, alors qu'il pense retrouver les choses comme avant, il découvre sa fenêtre fermée et ses parents qui l'ont totalement oublié. Mais de là, Peter tient sa véritable noirceur, puisqu'il est alors prêt à tout pour empêcher les autres enfants d'être plus heureux que lui. A vrai dire, Peter refuse tout simplement aux autres ce que lui ne peut avoir. Si le chef ne le sait pas, alors on n'a pas le droit de savoir. Autrement dit, il n'y a que lui qui compte.

 

Le personnage est pourtant charmant, Barrie ne cessant de revenir sur son magnifique sourire de dents de laie, capable d'attendrir toutes les mamans, ses ruses et son courage n'étant pas non plus inexistants, pourtant, il représente l'insouciance des enfants, et leur capacité à imaginer. Mais Peter ne ressent rien au fond de lui, il ne garde aucun souvenir et ne se soucis guère des autres. Au fil de la lecture, et de l'approche de sa confrontation avec le Capitaine Crochet, on sent bien que les 2 personnages sont liés, voire identiques. Pour moi, Crochet est l'image de Peter Pan adulte, certains diraient tout simplement son côté noir, un personnage froid et surtout aigri qui ne cesse de se lamenter sur cette innocence et cette jeunesse à jamais perdue.

 

Une question m'a été posée lors de discussions entre collègues : Fais-tu partie de ceux qui pensent que Peter Pan et les enfants sont des enfants morts ? J'avoue que je n'avais pas vu les choses de cette manière lors de ma lecture, mais une relecture permettrait sans doute de découvrir quelques indices. Il est vrai que les enfants s'envolent, montent au ciel comme on dit, avant de se retrouver au Pays de l'Imaginaire, lieu de plaisirs et plaisirs et d'aventures, peuplé de créatures mythiques, et surtout intemporel, seul le crocodile, pareil à une faucheuse, rappelle le temps qui passe lorsque sonne le réveil qu'il a avalé, cherchant désespérément à manger celui qui a accepté de devenir adulte et donc, de mourir. La maison des enfants étant souterraine, on peut les voir chacun comme une sorte de mort-vivants qui retourne sous terre pour se reposer. Et la fin prend alors une tournure d'autant plus touchante puisqu'elle plonge définitivement les parents non dans la joie de retrouver leurs enfants, mais au contraire, dans la folie. Bon, je ne fais que vous livrer quelques idées vagues après une lecture terminée il y a déjà quelques temps, il faudrait approfondir. Pour répondre à la question de départ, à vrai dire, je ne sais quoi penser, mais cette idée est attirante, et permettrait sans doute de faire remonter le personnage de Peter Pan dans mon estime.

 

Je suis content malgré tout d'avoir lu Peter Pan. De mémoire je n'ai pas vu la version Disney, celle qui me hante agréablement étant la suite très libre de Steven Spielberg (Hook, ou la Revanche du Capitaine Crochet, 1991). Certains, dont Spielberg, préfère rejeter ce film, mais personnellement, je le trouve toujours aussi intéressant à voir. Il re-présente le Pays de l'Imaginaire avec quelques rajouts féériques. Certes, le film ne laisse pas paraître un fond aussi noir que le roman, mais a-t-on besoin de noirceur pour que la magie perdure ? Dans tous les cas, je vous invite à voir ce film où Peter Pan a fini par accepter de grandir.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents