Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


[Rec] 2, commando dans les choux !

Publié par Eska sur 18 Mars 2012, 23:18pm

Catégories : #Cinéma

rec2.jpg

 

[Rec] 2

 

Jaume Balageró & Paco Plaza

 

2009

 

Alors que la police a condamné un immeuble et ses occupants ravagés par une épidémie mystérieuse, un commando spécial est envoyé au secours des survivants. La petite troupe est dirigée par le Docteur Owen, envoyé par le Ministère de la Santé pour récupérer des échantillons. Une fois à l'intérieur, le commando est confronté au même problème que les protagonistes précédents : la survenue de zombies affamés. De leur côté, un groupe d'ados n'hésite pas à braver l'interdit pour pénétrer dans l'immeuble et s'y retrouver condamné. Seul Owen peut autoriser la sortie, mais ce mystérieux docteur cherche à tout prix la vérité...

 

Cette suite s'enchaîne directement avec le précédent opus. Cette fois-ci, on emploie les grands moyens : un commando des forces spéciales ! La petite équipe, qui ressemble à s'y méprendre à un commando des S.T.A.R.S. façon Resident Evil 2 (Hideki Kamiya, 1998), donne à penser que les conflits seront vite réglés mais ils ne font guère mieux que les locataires précédents, lesquels sont désormais à leurs trousses.

L'action de [Rec] se terminait dans l'appartement du dernier étage avec sa créature mort-vivante, c'est donc par-là qu'il faut commencer les recherches, mais à notre grand désespoir (en même temps, on s'y attendait) l'appartement est vide. Ce qui laisse le temps aux policiers de chercher des indices et ainsi nous permettre d'en savoir un peu plus sur le mal qui rôde en ces lieux et qui serait lié de près ou de loin au Vatican.

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/69/85/50/19159531.jpgEt puis tout s'enchaîne : l'un des agents est mordu mais se retrouve facilement maîtrisé par des prières latines. Il y aurait donc un moyen de combattre ce qui semble être un virus de la possession. L'intrigue prend alors une autre tournure, on sait désormais quelle est la cause de cette apparition de démons. Le mythe du zombie affamé est alors associé à celui de l'innocent possédé, et bien vite, ces démons se mettent à parler à travers la bouche de leur victime.

On pourrait véritablement parler de renversement de l'intrigue générale, mais sans être inintéressante, je trouve qu'elle ne sert pas le film. [Rec] avait justement ça de bon qu'il laissait des blancs précis que l'on se devait de combler par notre propre imagination, jouant ainsi avec notre frayeur. Donner des réponses n'est pas forcément une bonne solution, surtout lorsque ce ne sont pas celles auxquelles on pourrait se laisser s'attendre.

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/69/85/50/19159530.jpgTout comme pour le premier, les réalisateurs ont choisi de poursuivre la mise en scène dans l'utilisation de la caméra à la première personne. Mais avec cette fois-ci une originalité : le multi-caméra ! Dès le départ, on nous montre comment le cadreur peut utiliser les images des mini-caméras rattachées au casque des policiers. Un moyen de suivre l'action à distance avec des images de qualité moyenne, ce qui n'est pas sans rappeler le commando de Aliens le Retour (Aliens, James Cameron, 1986). Mais ce système est totalement sous-exploité ! On aurait pu pousser le vice de l'humour noire en collant un casque sur la tête d'un des possédés et de voir où cela nous mène par exemple.

L'autre point fort est l'intrusion d'un second groupe possédant lui aussi un petit camescope, lequel permettra aux réalisateurs de tricher en faisant un flashback jusqu'au moment présent de la rencontre entre les 2 groupes. Mais cela est de courte durée à cause de la batterie. Le film aurait pu s'arrêter là, ce qui aurait été encore plus cruel pour le spectateur, de manquer la fin des événements à cause d'un problème de batterie, mais qui aurait été fort d'un point de vue scénaristique.

Mais c'était sans compter sur le retour de la belle Angela armée de la caméra de son cadreur et qui, pour le coup, a gagné en résolution et en qualité d'image (tout en ayant retrouvé une torche toute neuve !).

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/69/85/50/19159529.jpgMais de qui se moque-t-on à travers ce film ?

Si ces éléments sont intéressants d'un point de vue de mise en scène, ils perdent toute crédibilité de la part de leur utilisateur, rendant le film totalement incohérent et idiot ! La force de [Rec] résidait dans la curiosité malsaine voulue par les journalistes, ce qui passe d'ailleurs pour une critique acerbe de leur manière de travailler. Mais qui tient la caméra dans ce second volet ? Un membre des forces spéciales qui ne songe même pas à s'en débarrasser pour aider ses compagnons ou même sauver sa peau lorsqu'il est attaqué lui-même ! Quand aux ados, c'est l'erreur qui a fait de Cloverfield (Matt Reeves, 2008) un film sans intérêt en nous mettant dans la peau de personnages qui n'ont aucun charisme pour que l'on souhaite s'identifier à eux, et qui préfèrent, de la même façon, filmer plutôt que de jeter cette pu*?!# de caméra pour courir se cacher le plus loin possible !

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/69/85/50/19195025.jpgAutrement dit, tout dans ce film est prétexte à faire une suite sans intérêt, et avec l'équipe classique de personnages de films d'horreur que l'on avait évité jusqu'à maintenant : ados + soldats + jolie blonde (ok, la jolie blonde était déjà présente, mais elle était peureuse et non prête à sauver le monde, et ses gémissements à la fin du premier n'en faisait pas une si jolie blonde que ça...).

Mais les réalisateurs, qui sont aussi les scénaristes, ont fait fort en rajoutant une nouvelle intrigue. Une fois la caméra infrarouge récupérée, voilà-t'y pas qu'elle sert à voir les démons cachés dans l'obscurité. Un processus que l'on retrouve une fois de plus dans de nombreux jeux vidéo tels que Silent Hill (Keiichiro Toyama, 1999) ou encore Assassin's Creed (Patrice Désilets, Jade Raymond, 2007) avec sa vision de l'aigle qui permet de voir des choses cachées. Dès lors, on peut ouvrir de nouvelles portes secrètes, (se jeter tête la première comme un bleu) se faire happer dans de nouveaux pièges et comprendre d'où venait cette créature maléfique qui m'avait terrorisé dans le précédent film. Le tout se terminant par une chute classique mais que l'on voit pas forcément venir.

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/69/85/50/19195024.jpgConseiller ou déconseiller [Rec] 2, chacun ses goûts et ses attentes, mais pour ma part, j'ai failli arrêter le film au bout de 30 minutes tellement j'étais agacé par sa mise en scène dérisoire.

 

Allez, petit bonus histoire de pas se quitter fâchés...

http://www.hdnumerique.com/dossiers/photos/test-blu-ray-rec-13.jpg

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents