Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Red Dead Redemption : le far-west du bout des doigts

Publié par Eska sur 17 Mai 2011, 19:35pm

Catégories : #Jeux video

red-dead-redemption.jpg

 

Red Dead Redemption

 

Rockstar Games

 

2010

 

"Red is Dead"

Lorsque la petite cloche tinte à l'écran, et que l'annonce de ce trophée apparaît, c'est avec  une fierté que l'on peut dire "j'ai fini Red Dead Redemption à 100%". Rien de bien compliqué en fait à part quelques heures à s'acharner sur sa manette, galopant à travers le gigantesque paysage qui s'offre à vous. Et j'en ai passé des heures sur cette carte, entre les Etats-Unis et le Mexique à chasser les oiseaux, arrêter les bandits, mener une révolution ou courir après les souvenirs du passé.

 

Alors qu'il souhaite se racheter une conduite en capturant la bande de hors-la-loi avec laquelle il sévissait autrefois, John Marston est blessé et se réveille dans le ranch des McFarlane. Reprenant peu à peu la maîtrise de ses mouvements, ils repart, décidé à mettre la main sur tous les hommes recherchés afin de sauver sa femme et son fils, retenus par des représentants de la loi.

 

Ceux qui me connaissent savent que je suis très attaché à tout ce qui touche le far-west. Pour avoir pratiqué des attaques de trains façon western, Red Dead Redemption était un jeu fait pour moi. Pourtant, je suis très mitigé sur ce titre. D'un côté je suis heureux de pouvoir évoluer dans un monde aussi riche et vaste, mais de l'autre je suis déçu car la mayonnaise ne prend pas. En réalité, je trouve que le scénario, que je viens de voir classé 20e meilleur scénario de tous les temps par Jeuxvideo.com, je trouve que ce scénario est mal construit. Rockstar Games a voulu miser sur un scénario proche des westerns spaghettis qui correspond parfaitement à leur scénario type, désormais nommé "GTA like" où l'on incarne un personnage parti de rien pour arriver au rang de légende respectée de tous. Mais comment donner envie d'aimer un personnage qui ne veut rien dire sur lui ?

http://media.rockstargames.com/products/rockstar/screenshot%20gallery/reddeadredemption/1/1280/new/62.jpg

 

Un scénario bien mal conçu

Durant toute la première partie, Marston se tient à l'écart des autres personnages. Alors que ceux-ci nous permettent de découvrir les différentes actions possibles, le personnage lui-même refuse de se confier à eux, et par-là même au joueur. Pire, il rejette le code classique du cow-boy solitaire, annonçant l'existence d'une femme d'un fils, ce qui est bien loin de l'image que l'on aimerait s'en faire. Autant vous dire qu'à mes yeux, Marston est passé de Clint Eastwood à Charles Ingalls, ce qui est très frustrant. Cette première partie est pourtant intéressante du point de vue des personnages rencontrés, dont le fameux Seth, deterreur de cadavre excentrique qui vaut vraiment le détour. Mais une fois de plus, le manque d'information délivrée par Marston sur sa vie nous conduit à agir sans vraiment connaître les enjeux qu'il y a derrière.

 

Dans une 2e partie, on se lance dans une quête "rapportée". Poursuivant les hors-la-loi au Mexique, on assiste à une révolution totalement inutile dans la trame du jeu et où l'on se retrouve à aider les 2 camps en alternance, tout cela pour courir après un nom, un lieu, qui conduiront à un autre. Au final, les hors-la-loi recherchés sont tués, mais c'est pour mieux nous apprendre que le jeu est loin d'être terminé et qu'il y a encore d'autres membres à retrouver. Dès lors, retour aux Etats-Unis où cette fois-ci, on commence à mieux connaître le désir de Marston, comprendre sa bataille, et surtout, savoir qui en est responsable. Cette 3e partie qui semble la plus courte (tellement les 2 autres ont été longues) est la meilleure du jeu, avec une floppée d'ennemis tels que l'agent du FBI Edgar Ross ou le chef de bande Dutch. Pourtant cette 3e partie est tout aussi mal faîte, car une fois le bandit tué, le jeu se poursuit en nous invitant à initier le fils de Marston, Jack, aux différentes pratiques apprises dès le départ. Sorte d'épilogue qui nous conduira à un véritable coup de théâtre : la mort inévitable de John Marston ! Mais le jeu ne s'arrête pas là. Car dès lors, c'est de son fils Jack que l'on reprend les commandes.

http://media.rockstargames.com/products/rockstar/screenshot%20gallery/reddeadredemption/1/1280/new/59.jpg

 

Coup de poignard ou coup de génie ? Les Deux !

D'un côté, j'ai été extrêmement frustré de voir mon personnage, celui manipulé pendant plusieurs jours, se faire ainsi liquider sans aucune chance de survie pour nous refiler un môme sans expérience ni charisme qui veut dès lors marcher sur les traces de son père. Autant vous dire qu'après cette découverte macabre, je me suis empressé de charger ma dernière sauvegarde pour profiter le plus longtemps possible du vrai Marston, retardant le plus longtemps ce passage pour accéder aux dernières missions. Pourtant, je suis convaincu que c'est là un coup de génie de Rockstar Games et qui ouvre dès lors le jeu vidéo à un autre niveau de lecture et à des possibilités infinies.

 

En se permettant de faire évoluer ainsi le scénario, le jeu vidéo peut dès lors se lancer dans l'adaptation de biopic complet de personnes ayant existée, le tout sans détour dans leur histoire personnelle. Le jeu vidéo peut devenir une nouvelle façon de penser la représentation et l'Histoire. Mais je divague et ce n'est certainement pas demain la veille que nous pourrons incarner Gandhi, Jules César ou encore Geronimo.

http://media.rockstargames.com/products/rockstar/screenshot%20gallery/reddeadredemption/1/1280/29.jpg

 

Un bon jeu comme on les aime !

Côté gameplay, alors là, c'est du pur bonheur ! Si certaines manipulations sont parfois difficiles au départ (comme de galoper) on prend vite le coup de main et c'est parti pour des heures et des heures. La visée automatique a ça de pratique qu'elle n'implique pas d'être un surdoué du joystick pour affronter ses ennemis. Un effet de bullet time permet d'intensifier les scènes d'action qui plongent littéralement au coeur de l'aventure. Tous les ingrédients ont été ajoutés pour plaire à l'amateur de western : duels dans la rue, affrontement contre des dizaines de bandits, sans parler des quêtes annexes où il faut sauver des voyageurs, chasser le grizzly ou arrêter des hors-la-loi recherchés. Et bien sûr, quelques mini-jeux classiques du genre : jeu du couteau, lancer de fer à cheval, blackjack et sans oublier le célèbre poker, ainsi que le poker menteur. Autant dire qu'on n'a pas le temps de s'ennuyer dans ce jeu.

 

Côté trophées, les principaux se gagnent lors des différentes missions et plus si l'on veut atteindre les 100%. Mais beaucoup se gagnent également grâce à quelques quêtes annexes qui sont pour certaines peu difficiles à résoudre. Enfin la majorité me semble-t-il s'obtient par les parties multijoueurs. Un moyen de vraiment vivre l'expérience du far-west avec de vrais joueurs, bien différents des PNJ du jeu. Bienvenue dans un monde sans pitié, cette fois-ci, c'est pour de vrai !

http://media.rockstargames.com/products/rockstar/screenshot%20gallery/reddeadredemption/1/1280/new/71.jpg

 

Eska Approuved !

Ainsi s'achève un jeu que je ne suis pas mécontent d'avoir terminé. Si le scénario est décevant, le jeu reste tout de même une belle réussite dont on fait peut-être encore trop vite le tour. Espérons qu'après L.A. Noire et un énième GTA, Rockstar Games se plonge de nouveau dans le monde du far-west pour nous offrir une aventure encore plus époustouflante !

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents