Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Rocky IV, la vengeance !

Publié par Eska sur 29 Octobre 2010, 16:58pm

Catégories : #Cinéma

rocky4.jpg

 

Rocky IV

 

Sylvester Stallone

 

1985

 

Après avoir enchaîné les 3 premiers, il faut bien poursuivre la série et une fois de plus, c'est avec un véritable plaisir que j'ai découvert ce 4e épisode où Rocky fait encore un combat exceptionnel.

L'URSS monte sur le ring. Grâce à ses techniques d'entrainement innovantes, leur champion Draco tient à en faire découdre à Balboa et à prouver au monde que l'URSS est une grande nation. Mais c'est Apollo qui l'affronte dans un dernier combat qui lui sera fatal. Cette fois il n'est plus question d'esprit sportif, Rocky veut la vengeance et part en URSS pour affronter Draco.

Cet épisode est un peu à part dans la série. En effet, l'enjeu est avant tout politique : Rocky vs Draco = USA vs URSS. Alors que la guerre froide touche à sa fin, les deux pays recommence à communiquer par le biais du sport. Mais le film penche quand même pour les Etats-Unis, donnant une image plutôt mauvaise des soviétiques. Ils sont provocateurs mais refusent de le reconnaître, bref, les Etats-Unis sont tout beau et tout gentil et Rocky va leur montrer qu'ils sont une grande nation. C'est sûrement ce qui ennuit les spectateurs, le côté pro-américain du film. Mais voilà, il faut relativiser ce film et le transposer à son époque : USA et URSS se mettent plus ou moins à fraternisé, du moins à calmer les tensions provoquées quelques années plus tôt. Les enjeux politiques sont laissés de côté, place au sport qui pourrait résoudre davantage de conflit que la guerre. Mais le message a du mal à passer ici.
rocky4-02.jpg
Une autre critique mal exprimée mais bien présente : celle du dopage. Le boxeur soviétique est dopé aux stéroïdes et son entrainement se fait à l'aide de machines de calculs et autres instruments de torture pour un sportif. A côté de cela, Rocky reprend un entrainement totalement naturel, courant dans la neige et le froid, escaladant des montagnes, soulevant des rocs afin de parvenir au même résultat. La critique porte donc sur les moyens d'entrainement, signifiant clairement que les machines et les drogues ne sont pas nécessaires à faire un d'un sportif un champion. La compétition devient une compétition des compétences d'entrainement pour arriver au même résultat pur et simple : 2 machines de boxe prêtes à se cogner dessus.

Le rôle d'Adrian est un peu mis à l'écart cette fois-ci. Mais c'est un personnage toujours présent et dont Rocky a besoin a ses côtés. Alors qu'il délaisse tout dont sa femme qui est formellement contre ce combat, il la voit revenir à ses côtés. Comme dans le second film, Adrian sait qu'elle a épousé un boxeur et qu'elle doit aller jusqu'au bout quelqu'en soient les conséquences : "ça passe ou ça casse" (mais je serais toujours prêt de toi) Voilà ce qu'il faut en penser.
rocky4-01.jpg
Le combat tient une longue partie du film et nous voyons Rocky se faire littéralement défoncer. Mais Rocky possède une résistance incroyable et parvient à tenir 15 rounds jusqu'à affoler Draco. Bien sûr, happy end pro américaine oblige, Draco est mis KO au dernier round, Rocky a eu sa vengeance, c'est tout ce qui comptait pour lui. Mais alors il transmet un nouveau message : "tout le monde peut arriver à changer" comprendre que notre haine n'est pas fondé ni absolue. Beau message, mais mal exprimé et décevant. Il n'en reste pas moins qu'il passe.

Au final, Rocky IV est un film aux enjeux certes politiques mais aussi sportifs. Et un conseils aux générations futures, le dopage ne sert à rien et la haine n'a pas lieu d'être. Encore une fois une belle leçon de notre champion.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents