Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Thor, le coup de marteau qui fait mal au crâne...

Publié par Eska sur 2 Mai 2011, 07:45am

Catégories : #Cinéma

thor.jpg

 

Thor

 

Kenneth Branagh

 

2011

 

J'en ai vu des mauvais films, mais alors là ça dépasse tout.... Ca dépasse tout simplement parce qu'avec l'adaptation d'un énième Marvel pour nous rapprocher du projet Avengers, on était une fois de plus en droit de s'attendre à un blockbuster qui tienne la route et malheureusement ce n'est pas le cas...

 

Thor est banni du royaume d'Asgard pour avoir défié son père Odin en allant affronter leur vieil ennemi Laufey qui rêve de se venger de la guerre sanglante qui eut lieu plusieurs années auparavant. Envoyé sur Terre, Thor doit prouver sa valeur pour saisir son marteau et défier son frère Loki qui convoite le trône.

 

Jeu d'acteur futile (dont Natalie Portman qui voulait prouver qu'elle était capable de faire pire que le dernier Star Wars) et personnages inutiles. Un scénario qui respecte parfaitement sa structure en 3 temps : introduction, développement, dénouement mais où ils ont oublié la 2e partie... Des incohérences en veux-tu en voilà, des répliques à vous tuer sur place tellement elles sont d'une niaiserie des plus profondes et des effets spéciaux qui ne parviennent pas à émoustiller nos mirettes, voilà pour résumer l'ensemble du film...

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/77/96/35/19477540.jpg

Déjà dès le départ ça passe pas : Natalie Portman qui tente de passer pour une étudiante téméraire en astrophysique, accompagnée par une geek qui trouve drôle de taser un mec super mignon et de le mettre en photo sur son Facebook. En fait, dès le départ, on ne sait pas si l'on doit rire ou s'attendre à un film noir... ni l'un ni l'autre du coup.

Par la suite, on nous raconte comment Thor s'est retrouvé envoyé sur Terre. Présentation du personnage donc qui est un jeune fils prodigue prétentieux et effronté, prêt à s'opposer à son père sans vouloir être méchant pour autant... En fait, là on tente de nous donner un anti-héros mais qui a déjà une allure de héros... Et ce jeune Thor va découvrir ce que c'est qu'être roi en à peine 2 ou 3 jours... Attendez, je cherche encore le moment où il y réfléchit : il arrive sur Terre, passe pour un fou, est récupéré par Natalie qui comprend (trop) rapidement qu'il était dans le nuage cosmique qu'elle a vu, il tente de récupérer son épée en mettant à terre tous les hommes du Shield, passe à l'interrogatoire, se fait sortir (trop) facilement par le prof de Natalie qui l'emmène boire un verre pour lui dire de dégager. Face à face avec la belle, cours d'astrophysique de mythologie, retrouvailles avec ses amis venus le chercher et là : combat avec le Destructeur où il lui cite toutes ses bonnes intentions, ce qui réveille son marteau et lui redonne ses pouvoirs... Non, pas un seul moment de réflexion, mais comment il en est arrivé là ???

 

Non et puis y'a des trucs que je ne comprends pas : la cité d'Asgard donne l'impression de sortir tout droit des Chroniques de Riddick, si bien qu'on se demande si l'on regarde un film de SF ou un film fantastique. On tente de respecter l'arc-en-ciel avec une passerelle multicolore pour arriver à une espèce de canon géant qu'il faut charger avec une épée magique pour être propulsé dans l'univers. Je veux bien que la mythologie nordique soit différente de la grecque que l'on connaît davantage, mais faire passer des dieux pour des hommes mi-magiciens, mi-scientifiques, c'est du n'importe quoi ! Le pompon arrive tout de même lorsque le grand Odin, père de tous les pères, manque de succomber à une attaque cardiaque... Je crois que le scénariste devait détester les dieux, car du début à la fin, ils passent plus pour des bouffons que pour des être charismatiques. Et leur légendaire gardien, le Destructeur, qui n'est autre que la réplique de Gort du Jour où la Terre s'arrêta (Robert Wise, 1952) avec les mêmes pouvoirs ! Et bien sûr le héros qui est méchant mais que l'on veut croire gentil pour affronter son frère que l'on croit gentil mais qui est en fait méchant avant de comprendre qu'il pouvait être gentil... (un classique quoi). Et puis les amis de Thor : "Robin des bois, Jackie Chan, Wonder Woman et un nain géant (tiens ils ont piqué le costume Gimli !!!) qui prouvent leur parfaite inutilité à chaque combat (à chaque apparition même). Et le coup du marteau planté dans le sol pour nous faire un clin d'oeil à l'épée du roi Arthur...

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/77/96/35/19485024.jpg

Et puis l'action qui se déroule dans une petite ville qu'on sent construite au milieu d'un désert parce que c'est un désert. Les personnages féminins se forcent à montrer qu'elles sont de belles idiotes : Thor qui débarque torse-nu, fier de lui (séquence pour teen en manque de Robert Pattinson) Natalie qui lui file un t-shirt avec une étiquette "oh pardon, c'est celui de mon ex... et oui, je suis douée en sciences, nulle en relation" (quasi du mot à mot, croyez-moi) ou alors à la fin, quand tout le groupe patiente bien en ligne pour regarder Thor se faire défoncer par Gort le Destructeur alors qu'il leur avait demandé de partir...

Et le Shield... en fait, leur meilleur performance était dans Iron Man (Jon Favreau, 2008) où ils passaient pour ce qu'ils semblaient vraiment être : des bouffons, désormais, ils ont une place importante dans l'histoire, mais restent toujours des personnages inutiles (mais c'est bien pour montrer qu'ils sont forts et que Thor est plus forts qu'eux...) Ah et la séquence des ordinateurs... y'a un "bip-bip" permanent, parfois il est là on sait pas pourquoi et ça vous donne juste envie de vous cogner la tête contre les murs comme un robinet qui goutte toute la nuit... Et n'oublions pas les séquences où Kenneth Branagh tente de se prendre pour Zack Snyder avec des ralentis mais tellement grotesque que toute la salle se marre tellement c'est mauvais.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/77/96/35/19719794.jpg

 

Allez, je préfère m'arrêter là et vous laisser avec un jeu de mot aussi pourri que le film : je l'ai vu, j'ai eu tort !

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents