Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Transformers 2 : la Revanche, mécanique bien huilée mais un peu grippée...

Publié par Eska sur 16 Novembre 2010, 18:36pm

Catégories : #Cinéma

transformers-2.jpg

 

Transformers 2 - La Revanche

(Transformers : Revenge of the Fallen)

 

Michael Bay

 

2009

 

Prime, Steve Jablonsky, 2009.

 

Deux ans après avoir affronté les Decepticons, les Autobots sont toujours à la chasse de ces monstres mécaniques à travers le monde. Mais voilà, l'un des Transformers originel, The Fallen, prévoit son retour sur Terre pour se venger et détruire le soleil. De son côté, Sam rentre à la fac et compte bien laisser de côté toutes ces histoires, gardant avec lui Bumblebee dont il veut toutefois se séparer. Mais le destin a prévu tout autre chose pour ce jeune garçon qui va devoir une fois de plus sauver la face du monde.

Lire l'article sur Transformers, Michael Bay, 2007.

 

Oui je sais, on parle d'un film de Michael Bay, mais qui a dit qu'ils étaient mauvais ? Sûrement pas moi qui adore en prendre plein la gueule avec des effets visuels. Parfois ça ne fait pas de mal de se retourner les neurones. Et quand il s'agit de grands films catastrophes, on a le choix entre Roland Emmerich, J.J. Abrams et Michael Bay. Et ce dernier rempile une fois de plus avec une suite dans la lignée du premier, voire même plus captivante tout en restant toutefois un bon gros nanars.
http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/66/95/87/19116316.jpg
Une fois de plus, Bay nous sort l'artillerie lourde, non seulement avec des effets visuels de malade un peu mieux contrôlés que la dernière fois, notamment lors des combats que l'on arrive à suivre cette fois-ci, mais l'artillerie lourde c'est aussi l'armée américaine et tout son panel d'armement de destruction massive. Tanks, bombardiers, fusils, canons à longue portée, etc etc etc... tout un arsenal à faire pâlir l'armée américaine, la vraie...Il s'affirme aussi à l'écran avec sa touche qui lui est propre : un montage toujours aussi vif et haché, rendant le rythme insoutenable, mais aussi des couleurs lumineuses, avec ses préférées : le bleu et l'orange, qu'il manie dans une gamme de tons aussi variés qu'envoûtant, sans oublier sa caméra qui ne se pose jamais, volant en tout sens à travers le décor.

Côté scénario par contre, on a du bon comme du mauvais. Bien sûr on retrouve Alex Kurtzman, déjà présent sur le premier Transformers, mais aussi scénariste fidèle de J.J. Abrams, au même titre que Roberto Orci, ces derniers ayant colaborés à plusieurs épisodes d'Alias ou encore Mission impossible 3 et Star Trek... pas étonnant donc que l'on retrouve des scénarios complets mais sans complexité. En effet, on assite à une succession d'événements qui font progresser l'histoire en divers endroits du globe : Shangaï, les Etats-Unis et l'Egypte. Mais voilà, ce qui pêche dans ce scénario, c'est la touche comique, pareille à celle d'un Bad Boys 2 ou d'un Indiana Jones 4 et qui ralentit l'histoire plus qu'elle ne la comble. Pourtant, ces gags sont sans doute nécessaire pour éviter de tomber dans un film trop militariste, on désamorce la situation et on laisse couler. Toutefois les gags passent et on en rigole quand on est prêt à voir ce film dans les conditions requises.
http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/66/95/87/19051226.jpg
Ainsi le film tombe là où on l'attendait, à savoir un gros film bourrin avec des gags type ado. C'est sans doute ce qui rend la performance de Shia LaBeouf un peu plus crédible que dans le précédent... Notez comme je suis impressionné d'autant que j'ai vu le film en VF (et dans une toute petite salle qui plus est) autant dire dans de mauvaises conditions. Mais voilà, le jeune homme m'a laissé une bonne impression, il n'est pas à côté de la plaque, il ne m'a pas agacé et il est crédible pour une fois. A ses côtés, Megan Fox qui, si elle continue comme ça, va devenir la prochaine Lara Croft sur grand écran. Femme forte et sensible, en apparence, son rôle dépasse celui de la potiche de base, quoique parfois, on se demande ce qu'elle fait là, n'attendant que son "je t'aime" lancé par son chéri. Bref, les acteurs sont crédibles au milieu de cette farce et c'est l'essentiel.

Ce qui m'a le plus frappé tout au long du film, ce sont les inombrables références à d'autres films, voire même à des jeux vidéo. En effet, je ne sais pas si cela vient de moi, mais j'y ai reconnu du Molluck du jeu Oddworld : L'odyssée d'Abe dans la représentation de The Fallen, ou encore du Final Fantasy : les créatures de l'esprit (Hironobu Sakaguchi, 2001) dans la représentation du rêve de Sam face aux Primes originel. Alors que tout le film baigne dans un semblant d'aventure à la Indiana Jones (Steven Spielberg) avec son côté aventure exotique, à la Matrix (Andy et Larry Wachowski) avec certains décors de l'univers de The Fallen ou encore à Star Wars (Georges Lucas) avec ce processus d'une organisation ennemie fidèle à des principes. Sans oublier bien sûr cette célèbre phrase "J'suis trop vieux pour ces conneries", référence directe à L'arme Fatale (Richard Donner, 1987).
http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/66/95/87/19116317.jpg
Allez, en définitive, le bon côté du film : les effets visuels mirobolants alliés à une caméra virvoltante et une montée d'adrénaline bien grasse au rythme d'enfer comme il se doit chez Bay, et les mauvais côtés : des gags longuets, un scénario qui oscille parfois avec la débilité.

Au final, on l'aime neurones à plats même si l'on a été déçu par le premier, ou pas si vraiment on accroche pas ou si l'on est de mauvaise foi.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents