Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Une Meilleure Jeunesse, combler les existences vides...

Publié par Eska sur 5 Septembre 2010, 09:23am

Catégories : #A découvrir

une-meilleur-jeunesse.jpg

 

Une Meilleure Jeunesse

 

Jérémy Zucchi

Clémentine Delignières

Julien Carchon

 

2006

 

Alors que Jérémy Zucchi vient de mettre en ligne la bande-annonce de l'un de son premier court-métrage de fiction, j'en ai profité pour le revoir, en essayant de garder un point de vue objectif. Chose difficile quand on connaît Jérémy et que l'on a participé au film (en tant que figurant et que chieur de l'équipe accessoirement). Mais en même temps, c'est un bon exercice, tant pour soi que pour les réalisateurs, une raison de plus d'être un vrai ami et de jouer franc jeu.

 

Xavier mène une existence métro-boulot-dodo, plongé dans ses lectures et ses rêveries. Un soir dans un bar, il aperçoit Camille, une jeune étudiante à une table avec son copain. Sous le charme, il suit les deux amoureux dans le métro et entame avec Camille un jeu de séduction dans le reflet des vitres. De retour chez eux, Camille se rend compte que son couple bat de l'aile, peut-être un signe pour aller retrouver cet inconnu du métro.

http://img.over-blog.com/500x226/2/64/01/55/Images-de-mes-films/une-meilleure-jeunesse-1.jpg

Un film étudiant d'une grande qualité pour ce qui est de la réalisation. La caméra portée suit le chemin des personnages avec un montage tantôt rythmée, tantôt observatrice, mais là apparaît un premier défaut à mon sens, celui de ne pas avoir un rythme fluide. Le cadrage même exprime leurs pensées, si bien que l'on pourrait presque parler de cas d'école. Chose rare pour un film étudiant : le parti pris, usant de points de vue très fort, très appuyé, avec un changement en cours de route qui fonctionne très bien pour ce film.

 

On sent toutefois le côté étudiant : film de jeunes, sur des jeunes, par des jeunes. Mais quand on commence, on commence souvent par parler de soi, de ce que l'on connaît, de ce qui nous entoure, ici les études, mais loin des grandes fêtes souvent organisées pour montrer qu'on a les moyens, qu'on a des copains, non ici, tout reste minimaliste, simple, un petit bar dans une rue sombre et déserte, avec quelques étudiants tranquilles qui ne cherchent pas à se faire remarquer.

http://img.over-blog.com/500x228/2/64/01/55/Images-de-mes-films/une-meilleure-jeunesse-16.jpg

Le film nous parle d'existences vides, voilà ce dont il s'agit. D'un côté Xavier, dont on ne sait rien si ce n'est qu'il travaille dans un fast-food, qu'il aime se promener au bord de l'eau lire des poèmes. De l'autre, Camille, étudiante en dessin, qui partage sa vie avec un étudiant en littérature, mais qui est également plongée dans son monde de rêves. On est loin des vies bien remplie que l'on voit souvent au cinéma généralement, on est dans le quotidien, ni plus ni moins. Et pourtant, quand on revoit le début du film, on peut se dire que tout cela n'est pas réel, que cette histoire n'est qu'un rêve, celui de Xavier, comme pour essayer de donner un sens à sa vie. Fantasme ou réalité ? Je pense qu'on aura la réponse dans le premier commentaire de ce billet...

 

Et pour combler ces existences vides, où la solitude de Xavier ne permet pas la discussion, les réalisateurs ont choisi d'inclure de nombreuses citations en voix off. Poèmes de Pasolini extraits de La Meilleure Jeunesse, d'où le titre du film, mais également un extrait vidéo des Feux de la Rampe (Charles Chaplin, 1952) qui s'intègre parfaitement au film pour donner à la situation une tension palpable.

http://img.over-blog.com/500x228/2/64/01/55/Images-de-mes-films/une-meilleure-jeunesse-23.jpg

Et puis il y a cette scène du métro, et dont je sais qu'elle est le moteur de toute cette histoire, les gens ne se regardant dans le métro que par le reflet, mais qu'est-ce qui passe dans ces échanges ?  Ici les réalisateurs expriment le passage de l'autre côté du miroir en changeant de personnage et de point de vue. Mais cette scène, je la trouve beaucoup trop longue ainsi au milieu du film, d'autant qu'elle arrive sans transition et affiche parfois quelques défauts de montage j'ai l'impression, on sent définitivement son traitement spécial.

 

Au final, c'est un très beau film dont devraient s'inspirer de nombreux étudiants cinéastes pour voir ce qu'il est possible de faire sans aucun moyen et à très petit budget. Mais n'est pas Zucchi qui veut, car disons-le franchement, ce jeune qui a tout de l'artiste accompli (voyez son site) est bien le moteur de ce film. Je sais d'ailleurs qu'il a changé quelques éléments d'étalonnage, aussi je ne vous proposerais pas de voir le court-métrage dans son intégralité car la version qui est dispo sur le nette est tout simplement irregardable et ne rend pas compte de la qualité du travail effectué, aussi je vous laisse avec la bande-annonce toute fraîche, et j'espère qu'elle vous donnera envie d'en découvrir davantage. D'ailleurs, pour en savoir plus, je vous renvoie sur la page du film.

 

Commenter cet article

Jérémy Zucchi 06/09/2010 22:05


La différence de qualité est sensible, ça fait plus "film", mais pour les séquences dans le bar, je ne peux pas faire grand chose tellement il y a du grain... du bruit plutôt! Je vais essayer quand
même.


Eska 06/09/2010 22:25



C'est vrai que le produit fini de cette séquence est très sombre, et la compression n'arrange pas les choses, j'ai le même problème avec mes séquences du quai du Bonnet, d'ailleurs, sur la
bande-annonce, on voit quasiment rien, j'ai essayé de rattraper ça dans la version courte en rajoutant un filtre blanc plutôt qu'une augmentation de la luminosité... Ca marche un peu même si ça
rend l'ensemble un peu palot....


Nan mais en vrai, tu sais ce que la solution ? Laissez tomber nos vieux films de fac et en faire de nouveaux de toute urgence !!!! :D



Jérémy Zucchi 05/09/2010 21:19


Merci cher Eska pour cette critique, pour tes compliments et les petits défauts que tu pointes. Je reconnais avec le recul qu'il y a quelques longueurs dans la séquence du métro. Quant à la scène
de dispute, malgré le talent des comédiens, je l'aurai volontiers supprimée de "l'édition spéciale"... Mais non! Comme tu as pu le constater à travers cette bande-annonce, il s'agit simplement
d'améliorations de l'étalonnage, pas plus.
Est-ce un rêve? Je veux laisser le choix au spectateur de se faire son propre avis, mais s'il croit que le film est strictement réaliste, alors il croit au rêve que montre ce film. A la fin du
film, une citation en voix off de Pasolini devait dire : "Nous sommes des enfants, et nous rêvons", mais nous nous sommes rendu compte que le silence suffisait. Rêve ou pas, après tout, la vie
n'est-elle pas un rêve que nous partageons avec les autres?... (moment de réflexion)


Eska 06/09/2010 16:20



En tout cas, j'espère que si tu remets le film en entier sur le net, il sera de meilleure qualité que maintenant, les séquences dans le bar sont tellement sombres...d'ailleurs, je me suis même
pas reconnu ! lol.


 



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents