Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


X-Men : Le Commencement, découverte des mutants...

Publié par Eska sur 2 Juin 2011, 06:07am

Catégories : #Cinéma

x-men-first-class.jpg

 

X-Men : Le Commencement

(X-Men : First Class)

 

Matthew Vaughn

 

2011

 

Alors qu'il vient d'être nommé professeur, Charles esXavier est contacté par la CIA pour les aider à mener l'enquête sur Sebastian Shaw, un mutant aux pouvoirs surpuissants qui souhaitent créer un conflit entre les humains pour imposer les mutants comme race supérieure de la civilisation. Mais c'est sans compter sur la volonté de son ennemi de toujours : Erik Lehnsherr. Formé par Shaw dans les camps de concentration, ce dernier ne souhaite que se venger de la mort de sa mère. De son côté, Charles contacte plusieurs mutants pour les préparer au combat et tenter d'éviter la 3e guerre mondiale.

 

Après une trilogie bien rythmée et lancée par le talentueux Bryan Singer, et un spin off sans intérêt autour de Wolverine, c'est au tour de Matthew Vaughn de reprendre le filon des X-Men pour nous proposer une genèse du combat. Fort de son succès sur le sublime Kick Ass (2010), Matthew Vaughn n'a pas hésité à rempiler sur le thème des super-héros avec l'une des sagas les plus alléchantes des comics Marvel adaptée au cinéma. Mais on sent bien que le pauvre doit se débrouiller à mettre en scène un scénario aux multiples facettes dans un univers très particulier. S'il ne s'en sort pas si mal, l'exercice était de taille, et pas toujours réussi...

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/83/44/48/19694572.jpg

X-Men : First Class doit nous expliquer en 2h comment Professeur X et Magneto se sont rencontrés et ont créé l'Ecole des Mutants, et surtout qu'est-ce qui les a poussé à s'opposer dans leur conviction, le tout en imposant une nouvelle aventure spectaculaire dans un contexte historique fort et en multipliant les clins d'oeil à la saga. Allez, on souffle un coup et on se lance. Petite précision tout de même, il est bien évidemment important de connaître un minimum la trilogie pour comprendre toutes les subtilités, mais le film se regarde également très bien si vous ne les avez pas vu.

 

Alors que Charles est présenté comme un personnage plutôt orgueilleux, Erik serait davantage une sorte de soldat, quand à Mystique, présentée comme la soeur d'adoption de Charles, préfère se montrer sous une apparence trompeuse que la sienne véritable. C'est aussi l'occasion de découvrir quelques mutants supplémentaires tel que Azazel, Havok, Le Hurleur, Darwin, Riptide, ou la surpuissante Emma Frost, le film se paye le culot de nous présenter Le Fauve que nous avions découvert dans le 3e épisode de la saga : X-Men : L'affrontement Final (X-Men : The Last Stand, Brett Ratner, 2005). Notons également que le jeu des acteurs est très bien. Si James McAvoy confirme son talent d'homme d'action à l'écran, il est magnifiquement accompagné par Michael Fassbender et son regard froid. A leur côté, l'équipe de jeunes acteurs jouent avec beaucoup de retenue, ne faisant pas du film un pseudo teen movie. La surprise vient peut-être de Kevin Bacon qui nous offre un personnage diabolique assez savoureux pour ce genre de film.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/83/44/48/19694574.jpg

Côté ambiance, on est aussi bien servi. Le film se déroule à l'époque la plus tendue de la Guerre Froide, et Matthew Vaughn n'hésite pas à la représenter physiquement dans un univers des années 60. Il va même plus loin en proposant un film d'espionnage, tendance James Bond, de cette période : vêtements, décors, coiffures, etc. Le tout étant agrémenté par le fantastique du film qui ne vient finalement que des personnages mutants. Pourtant, on sent que le réalisateur n'est pas allé au bout de ses idées, qu'il aurait pu en faire davantage dans la réalisation, à la manière de The Watchmen - Les Gardiens (Zack Snyder, 2008). Parfois il reprend l'effet du split screen (qui avait alors beaucoup de succès à l'époque) mais à défaut de s'en servir intelligemment, l'effet devient une sorte de gadget pour accélérer quelques séquences du scénario qui sont parfois les plus intéressantes. Mais le parti est pris de ne pas insister sur les capacités de Charles à développer les pouvoirs des X-Men, ce que l'on sait déjà. Pourtant, cela fait passer ce cher Professeur X pour un personnage un peu agaçant, ayant réponse à tout.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/70/92/57/19641058.jpg

En fait, comme pour Kick Ass, les défauts du film sont les mêmes. Après un début d'histoire prometteur, on tombe vite dans une sorte de lassitude. Le scénario veut nous expliquer que ce sont les mutants de Shaw qui sont responsables de la crise des missiles cubains, nous plongeant en quelque sorte au coeur de l'Histoire. Bien sûr, il était impensable pour un film de cet envergure de créer une histoire sombre autour d'un personnage pour expliquer son revirement, il fallait de l'action et du spectaculaire, et quoi de mieux pour mettre cela en scène que de le mettre au coeur d'un conflit historique ? A vrai dire, je trouve que cette histoire est totalement inutile et qu'elle nuit à la rencontre des deux futurs ennemis que l'on connaît en leur imposant un ennemi commun, mutant qui plus est, et totalement démesuré face aux répercussions que cela implique pour la suite. Et avec tout cela, Matthew Vaughn multiplie les clins d'oeil à la trilogie avec parfois quelques bonnes répliques ou la simple apparition d'un personnage déjà bien connu.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/70/92/57/19649947.jpg

Ce nouveau X-Men nous renvoie une nouvelle fois à nos interrogations sur la différence. La différence est-elle un bienfait ou un mal ? Et surtout comment doit-elle être défendue ? C'est là tout ce qui oppose Erik et Charles, l'un préférant supprimer les humains, sources du problème, tandis que l'autre prônant pour un espoir d'acceptation des deux espèces. C'est en cela que la présence aux camps de concentration est nettement plus parlant que la période de la Guerre Froide. Car la façon de penser de Magneto est proche de celle du nazisme, et c'est aussi ce qui le retient de ne pas passer à l'acte, il ne souhaite pas recommencer les crimes dont il a lui-même été victime. Je trouve que le film aurait davantage du se concentrer sur cet aspect dans la construction des personnages, sur ce que cette époque avait laissé plutôt que de les confronter à une nouvelle. Car Erik s'engage dans une quête de vengeance face à un homme plutôt qu'à une idéologie, une quête personnelle, mais qui n'est pas assez intérieure. Bref, j'aurais préféré un personnage plus torturé !

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/70/92/57/19667761.jpg

Malgré tout, ce X-Men s'impose nettement comme un film à voir absolument, que vous soyez fan ou non de la saga. Ce style est assez rafraîchissant pour un blockbuster et ça fait vraiment plaisir !

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents