Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EskaWorld

EskaWorld

Culturellement indépendant


Calamity Jane : le parcours d'une femme dans l'Ouest américain

Publié par Eska sur 7 Février 2011, 21:52pm

Catégories : #Histoire

C'est après une petite recherche sur le site de la Ville de Paris que j'ai découvert cette exposition. Installée depuis Octobre dernier à l'Adresse Musée de la Poste, elle prendra fin le 12 mars prochain. C'était donc pour moi la parfaite occasion pour me faire une petite virée dans l'univers du far-west tout en découvrant ce merveilleux musée de la Poste.

http://www.ladressemuseedelaposte.com/Expositions/images/affiche%20calamity.JPG

Un Musée de la Poste ? Ca existe ?

A Paris, rien ne m'étonne. Et après tout, la Poste a aussi une Histoire, puisque de tout temps des courriers ont été distribués à travers la France mais aussi le monde entier. En arrivant, je pensais ne faire le tour que de l'expo de Calamity Jane, mais une fois sur place, je me suis rendu compte qu'il fallait parcourir tout le musée avant d'y arriver. Ce qui ne fait pas moins de 11 salles + 4 salles d'expos temporaires, dont une dédiée à l'Ecole Boulle, les 3 autres à Calamity Jane. La perspective de toutes ces salles ne m'enchantait guère au départ et j'ose imaginer que vous aussi , chers lecteurs, vous pouvez vous demander ce que l'on peut voir dans un musée de la Poste.

 

Et bien en réalité, énormément de choses ! Bien sûr, on suit l'évolution des techniques de distribution : les postiers à pieds, à cheval, en chariot, en vélo, en voiture, les différents trains postaux, la compagnie aérienne, etc. Des costumes des premiers facteurs, des cartes du réseau postal, des écussons, des maquettes, etc. Mais ce qui est véritablement fascinant dans ce musée, au-delà de son contenu, c'est la manière dont il est présenté. Tout d'abord, la visite commence au 5e étage. D'en haut, nous redescendons par pallier, chaque salle correspondant à un pallier, et donc à une nouvelle étape. Aussi, la visite est assez rapide et dynamique. Mais le plus surprenant, c'est qu'elle propose un max d'interactivité !

 

On pourrait presque dire que ce musée a été créé pour les enfants tellement il est amusant pour eux. A chaque étage : des maquettes animées où il suffit d'appuyer sur un bouton pour entendre raconter une histoire. Ou encore, de nombreux quizz : l'un d'eux proposent de trouver les réponses inscrits en tout petit grâce à une loupe, un autre invite à décoder les messages en tournant des rouleaux. Dans une salle, un appareil permet de s'entraîner au morse, etc.

Interactive et numérique, sur un grand écran, on se retrouve affublé des habits du facteur grâce à la réalité augmenté. Une salle, le labo, permet de découvrir  des installations numériques artistiques. Des écrans vidéos projetant des films courts jallonnent aussi le parcours et dynamise agréablement l'ensemble. Enfin, une salle entière propose une exposition de plusieurs centaines (milliers?) de timbres sur plus d'un siècle et demi ! Fantastique !

 

La salle dédiée à l'école Boulle propose des oeuvres intéressantes d'étudiants, jouant sur les logos, slogans, ou encore les éléments que sont la lettre, l'écriture, le timbre, et toute une réflexion sur l'épistolaire en général.

 

Enfin, l'exposition que j'attendais, celle de Calamity Jane. Le décor change totalement. Des panneaux de bois marron ont remplacé les murs blancs pour nous plonger dans le far-west. Les affiches explicatives sont même imprimées sur une sorte de papier-tissu dont les bords sont coupés grossièrement. Au centre de la pièce, une cariole aménagée d'accessoires, tandis que dans un coin, une table de poker rappelle l'ambiance du saloon. Cette première salle présente Calamity Jane, Martha Canary de son vrai nom, sa jeunesse, ses exploits, ses compagnons célèbres tels que Wild Bill Hickock ou encore Buffalo Bill. L'ensemble offre un beau panorama du contexte dans lequel elle vivait. Derrière une vitrine, quelques accessoires cow-boys et indiens : colts et ceinturon, chapeau, coiffe de chef indien, bref, tout est fait pour rendre cette exposition véritablement authentique !

 

La seconde salle parle plus spécialement du courrier, ou plutôt comment cette femme que la légende a rendu forte, possédait en réalité de nombreuses faiblesses. Il semblerait que ce soit grâce à des lettres qu'elle aurait écrite que sa fille, qu'elle avait confiée à une famille plus aisée, a ainsi pu prouver son identité plusieurs années après. C'est lors d'une émission de radio que la vieille femme a confié posséder des lettres de Calamity Jane expliquant sa peine et son maheur. Lettres que la jeune fille reçu des mains son père adoptif peu avant sa mort. Pourtant, une séquence vidéo montre une autre vieille dame affirmant qu'elle est la petite fille de Calamity Jane. La légende et le mystère continue. Enfin, une 3e salle présente des extraits vidéos de films laissant apparaître Calamity Jane.

 

Au final, L'Adresse Musée de la Poste est un très charmant musée qu'il faut faire en famille, ou à plusieurs plutôt que tout seul. La Poste, de par son service de proximité, nous connaît bien, et nous accompagne pleinement dans cette visite interactive utile. Bref, un vraie bonne visite !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents